Accueil     À propos     Témoignage     Documents et preuves     Tueries     Vidéos     Textes et idées     Hyperliens     Mises à jour     English



Actualités et médias



Opérations en cours qui émanent de ma surveillance et de mon ciblage

Il y a tellement d'opérations qui se font sur mon dos que je ne peux pas toutes les décrire convenablement avec tout ce qui se passe en même temps. Pour l'instant, je nomme donc ici des opérations significatives qui ont été déployées dans le cadre de mon ciblage :

-Harcèlement dans les musées (j'ai étudié l'histoire de l'art).

-Tout ce qui entoure Steven Guilbault, avec des histoires qui s'entrecoupent (environnement et musées). Steven Guilbault est après moi depuis au moins 2005-2006 et là ils le font passer pour quelqu'un qui intervient concernant des questions de harcèlement au Musée canadien de l'histoire, alors que toutes cette histoire fait partie de mon harcèlement, comme l'histoire du Musée des beaux-arts de Montréal.

-Tout ce qui concerne Nathalie Normandeau, au moins depuis son passage au Parti Libéral du Québec avec Jean Charest. Là, elle se fait passer pour un bouc émissaire depuis que j'ai contacté le Musée des beaux-arts de Montréal pour leur faire part de ma situation et du ciblage de ma personne par leurs opérations médiatiques.

-Les complotistes et CHOI Radio X.

-Le professeur Denis Rancourt et les anti-masques. Denis Rancourt imite avec des inversions ce que je me suis fais faire à l'université. C'est lié au dispositif fédéraliste canadien. Je suis anti-masque, puisque je ne crois pas en la pandémie, mais les anti-masques auxquels il appartient et ceux que l'on voit dans les médias sont là pour faire de l'opposition contrôlée pendant le déploiement de l'opération COVID-19. C'est de la gestion.

-Le conspirationniste Alexis Cossette-Trudel.

-Comme à l'habitude, une foule d'articles dans les médias écrit. Dernièrement, parmi tant d'autres, il y a la chroniqueuse Josée Legault qui est après moi.

-Québec Solidaire et le lithium, ainsi que plusieurs de leurs histoires depuis la création de leur parti.

-Les histoires avec l'animateur Stéphane Gendron.

-Patrick Huard et l'émission La tour. Il est après moi comme ça depuis des années.

-L'histoire de la baleine qui est morte dans le fleuve Saint-Laurent près de Montréal. Tout ça est en rapport avec mes randonnées en bicycle. C'est un coup monté.

Etc., etc. etc., ça n'en fini plus. Si je voulais parler de toutes ces histoires, je ne devrais faire que ça 7 jours sur 7 et je ne pourrais probablement pas tout décrire. Ça n'arrête pas et c'est dans tout le système de communication à l'échelle mondiale depuis plusieurs années. Quand j'en parle, ça me fait passer pour un individu délirant alors que tout ce que je dis est véridique. C'est du gazlighting.

(Placé en ligne le 30 septembre 2020, avec un ajout le 4 octobre 2020.)


Opération Guy Lafleur


Ça fait plusieurs années que j'ai le joueur de hockey Guy Lafleur après moi dans le cadre de mon ciblage. Il me cible à peu près chaque fois qu'il fait une sortie publique.

Là, ils ont annoncé la sortie d'un film sur sa vie alors que je viens d'ouvrir une nouvelle section sur la page de mon témoignage: « Depuis quand exactement suis-je ciblé? », placée en ligne le 14 septembre 2020. Il ne s'agit pas d'une autobiographie, mais je dois remonter en arrière dans ma vie pour identifier divers événements qui pourraient être en lien ou à la source de mon ciblage.

En écrivant cette section, j'ai dû parler de certaines choses au sujet de mon père et de ma sœur, mais je n'ai pas tout dit à mon sujet. Parce que je n'ai pas tout dit sur moi, ils ont annoncé la sortie d'un film sur Guy Lafleur en disant que tout serait montré, tant le bon côté que le mauvais côté. (Même s'ils ont dit que ça faisait un bout de temps que ça se discutait, même plusieurs années, ils ont fait l'annonce à ce moment parce que j'ai placé le texte sur mon site. Je connais ces gens.)

Comme je l'ai expliqué dans un extrait de cette section que j'ai ajouté aujourd'hui (le brouillon de cet extrait était déjà écrit à la main avant l'annonce du film sur Guy Lafleur; il était indiqué que la section était en développement), je n'ai pas fait tout ce que mon père a fait et je n'ai pas non plus participé à des activités criminelles, mais certaines choses peuvent être utilisées contre moi. Mon père n'était pas parfait au préalable, mais il est possible qu'une partie de ce qu'il a fait soit due à des pièges et à de la manipulation de la part du système criminel lié aux mondialistes qui ciblent des individus locaux. Ces gens, par le biais du sous-dispositif canadien (dispositif stratégique à l'intérieur du grand dispositif mondial) ont créé une situation sociale et ont maintenu un certain climat propice au chantage. Ils organisent le piège et cumulent des informations sur des civils pour les tourner contre eux. Ils fonctionnent avec le crime organisé et tout ce qui y est rattaché, comme les réseaux de prostitution et de vente de drogue. Quand c'est légal, comme les bars de danseuses, il y a du blanchiment d'argent et des cas où des subventions sont données par le gouvernement canadien (comme je l'ai lu dans un livre publié a certain niveau dans le système de communication et dont je ne veux pas parler tout de suite), alors que c'est le crime organisé qui est derrière tout ça. Tout est organisé pour hameçonner les gens et les ficher. Ils fonctionnent aussi avec Internet. Au besoin, toutes ces informations sont relayées aux animateurs de radio. Ce n'est pas toujours la faute de la cible qui souvent ne comprend même pas tout ce qui se passe et aurait agit autrement en connaissance de cause et s'il n'y avait pas certaines pressions.

Guy Lafleur est placé là par les autorités pour harceler des cibles au sujet desquelles les autorités ont cumulé des informations à leur insu. C'est pour cette raison qu'il fait le gars « franc » qui n'a pas de cachettes. Tout ça fait partie d'opérations de chantage indirectes contre des cibles anonymes. Ils font ça pour manipuler l'opinion publique. À l'aide des vedettes, ils vont chercher un certain public pour le tourner contre des gens auxquels ils veulent nuire et qu'ils veulent faire taire. Ils cherchent aussi à contrôler les idées politiques. Ils veulent que les cibles pensent qu'elles n'ont pas le droit de penser telle ou telle chose.

Au Québec, l'émission de Paul Arcand est au cœur de cette dynamique lié à l’hameçonnage et au chantage. J'ai continuellement Paul Arcand après moi de façon indirecte. Vous pouvez voir dans l'extrait suivant comment il aborde l'annonce du film sur Guy Lafleur en le présentant comme un gars qui n'a pas de cachettes. Comme je l'ai dit, ils font ça parce que je n'ai pas tout dit sur moi dans la section que je viens d'ajouter sur mon site.



Paul Arcand harcèle continuellement des gens. Il veut les culpabiliser et les faire taire alors qu'il fait partie des réseaux qui rendent disponible ce qu'il reproche aux gens. Il parle toujours de Britney Spears, de Janet Jackson et de ce genre de vedette avec complaisance parce qu'il participe à l’hameçonnage et au chantage envers des cibles, en plus de ne jamais dire la vérité sur ce qui se passe réellement.


(Placé en ligne le 17 septembre 2020, avec quelques ajouts et modifications le 18 septembre 2020.)


● Éléments de preuve démontrant que l'opération COVID-19 a été montée en utilisant le contenu de ma surveillance.


Autour de 2003, je clavardais sur MSN Messenger avec certaines personnes. Le contenu de ces conversations a été utilisé dans le cadre de mon ciblage.

Je vais ici donner la preuve que l'opération COVID-19 a été montée en utilisant des informations tirées de ces conversations. Vous verrez dans la vidéo qui suit des passages que j'ai surlignés où je discutais avec quelqu'un à propos de se laver les mains, de serrer la main des gens, ainsi que de gants et de masques pour sortir dehors. Je montre deux extraits de conversations que j'avais à l'époque enregistrées sur des disquettes 3"1/2. Vous allez voir que je montre les dates d'enregistrement de ces conversations. Dans le premier extrait, je porte le pseudonyme de « Loup Blanc » et dans le second, j'utilisais mon vrai prénom.

Il s'agit d'une preuve de plus, avec ce que j'ai dis dans des sections plus bas, que l'opération COVID-19 est organisée par les autorités et que, encore une fois, ces gens se servent du contenu de ma surveillance pour fomenter leurs opérations.


(Placé sur le site le 13 août 2020.)



● COVID-19 : preuve que la crise est organisée par les autorités


Dans le document Un monde en péril émis par le Conseil mondial de suivi de la préparation (liée à l'Organisation mondiale de la santé, à la Banque mondiale et aux Nations unies), document publié en septembre 2019 et qui est en circulation sur Internet, il est indiqué à la p. 39 que des exercices de formation et de simulation concernant les mesures sanitaires à prendre face à la propagation d'un virus (« agent pathogène respiratoire mortel ») étaient prévus d'ici à septembre 2020 dans tout le système des Nations unies.

Voici la citation :

« Indicateur(s) de progrès d’ici à septembre 2020

[...]

Les Nations unies (y compris l’OMS) organisent au moins deux exercices de formation et de simulation à l’échelle du système, dont un couvrant la dissémination délibérée d’un agent pathogène respiratoire mortel. »


Il s'agit donc d'une simulation.

Aucuns médias de masse, ni politiciens, n'ont mentionné ce document.

Sous couvert de cet exercice, les autorités mondialistes peuvent apporter toutes sortes de changements en lien avec leur plan.

Ce n'est donc pas la Chine en tant que telle qui est à l'origine de cette crise, bien que ce pays participe à l'opération.


(Section placée en ligne le 30 juillet 2020, avec quelques modifications le 31 juillet 2020.)


● Merde américaine


Comme toujours, les autorités ont créé une nouvelle opération, celle concernant George Floyd, afin de me cibler et de faire pression sur moi et le reste de la population.

Depuis des années, des gens qui me surveillent cherchent à me faire fréquenter des femmes de couleur alors que ce n'est pas du tout ce que je préfère et que, de toutes façons, je veux rester célibataire à cause de mes croyances religieuses et de la surveillance de ma personne.

Dans la section de mon témoignage Le truc du honey trap, je disais que les autorités cherchaient toujours à me faire fréquenter une femme d'une autre ethnie. Ce n'est pas la première fois que je le mentionnais et j'avais aussi dit que je n'aime pas le métissage. La raison pour laquelle je n'aime pas le métissage, c'est que, premièrement, si je voulais une femme, je préfère les femmes blanches, et de loin. Une autre raison, c'est que le métissage des races est lié au plan mondialiste des autorités qui attaquent toutes les cultures. Les races et leurs variétés sont liées aux cultures et aux nations. Au fil du temps, il y a des races, des bassins culturels, des nations et des pays qui se sont créés et stabilisés. Les autorités mondialistes cherchent à défaire tout ça.

Si je n'aime pas le métissage, ce n'est pas parce que je déteste les autres races et cultures. Au contraire, c'est parce que je les respecte.

Pour les autorités, le refus d'une relation plus intime avec une personne d'une autre race est considéré négativement comme étant du racisme alors que c'est tout à fait normal et légitime.

À cause de ma résistance aux pressions, les autorités ont organisé cette opération psychologique pour chercher à induire un sentiment de culpabilité au sein de la population afin d'empêcher les gens de résister au métissage. Elles créent une situation merdique et controversée afin de faire taire les gens.

Cet individu, George Floyd, est un criminel et un trou d'cul qui harcelait certainement des gens depuis des années par le biais de la musique hip hop et en se disant religieux pour attaquer les croyants dont la culture catholique est d'origine bourgeoise. Je sais que ce genre d'individus sont utilisés par les autorités pour harceler des cibles ainsi que la population, car ça fait des années que je les ai après moi. Le rappeur Kanye West, qui prétend s'être converti au catholicisme, en est un autre exemple.

Les américains utilisent constamment des noirs pour faire des opérations de ce genre. Vous pouvez voir dans l'extrait suivant du documentaire Mainstream Media Lies (je n'ai pas de version française) comment les médias manipulent l'information en ce qui concerne le traitement des noirs par les policiers:

Ça fait des années que les autorités mondialistes américaines font circuler ce genre d'histoire dans leurs médias à des fins de manipulation.

Une autre raison pour laquelle ils ont fait cette opération, c'est parce que, dans la section plus bas concernant la COVID-19, j'ai dit que l'on accusait les individus ciblés comme moi de chercher à jouer au héros. Quand des individus rapportent leur situation, les autorités choisissent des gens selon une idéologie qui tire vers le bas et les font passer pour des héros alors qu'ils sont souvent des trous d'cul et des criminels. Ces gens suivent une logique de culture de rue que l'on peut qualifier de marxiste culturel. Ils ont sélectionné ce noir, Floyd, pour en faire un héros, une star, alors qu'il est un criminel et un trou d'cul et ainsi harceler des individus ciblés de race blanche qui sont surveillés par les autorités. Ils font en même temps subir cette opération à toute la population en utilisant la culpabilité liée aux accusations de racisme. Ils reformulent ce qui a été dit par une cible, c'est-à-dire moi, et réorientent les propos vers l'idéologie dominante des autorités mondialistes.

Ils ont aussi mêlé le mouvement Black Lives Matter à toute cette histoire. Chaque fois que l'on voit des slogans comme « Black Lives Matter » qui sont répétés à répétition dans le système de communication, c'est qu'il s'agit d'une opération fomentée par les autorités anglo-américaines.

Ils font ça à propos de plusieurs enjeux, comme l'homosexualité et les questions de genre, afin de défaire les cultures partout sur la planète et de tout réorienter vers le système mondialiste.

Au Québec, ils ont utilisé les noirs afin d'attaquer notre culture francophone issue de la bourgeoisie française d'autrefois (oui, puisque ce sont les Jésuites qui étaient en charge de l'éducation; leur origine est parisienne et ils étaient associés aux bourgeois et aux monarchistes. Cette référence aux Jésuites d'autrefois ne veut pas dire que, pour ma part, je ne respecte pas les autres religions. Je fais référence à mes origines canadienne-française et je n'ai pas tout dit ce que je veux dire à ce sujet). Les anglo-américains mondialistes ont favorisé le déplacement des haïtiens vers le Québec. Ils ont pris le contrôle d'Haïti. J'ai été ciblé au Québec par la radio haïtienne de la même façon que par tout le réseau anglo-américain mondialiste. Dernièrement, ils ont aussi placé un noir d'origine africaine à la présidence du Parti Québécois et un Haïtien comme porte parole de la fête de la Saint-Jean afin de contrôler le nationalisme au Québec. En 2013, ils ont aussi fait entrer l'écrivain Dany Laferrière à l'Académie française avant un Québécois réel. Tout ça fait partie du plan hypocrite et mondialiste des autorités. J'ai aussi personnellement été témoin de la provocation du tremblement de terre à Haïti en 2010, probablement par HAARP (ou quelque chose dans le genre), comme certains le croient. Je ne peux pas le prouver, mais j'ai bel et bien été témoin de tout ça dans le cadre de mon ciblage et je sais qu'il s'agissait d'un attaque militaire par armes climatologiques, alors que Dany Laferrière, agent lié aux américains, se trouvait sur place par « hasard » afin de parler à la place des Haïtiens et des autres qui savent ce que je sais.

Dans le cadre de l'opération George Floyd, ils ont aussi fait acquitter le leader du supposé mouvement d'extrême droite Atalante (voir ici ). Cet individu arbore des caractéristiques de la culture de masse de la matrice anglo-américaine : tatouages et lunettes soleil. Il est un agent d'opposition contrôlée. Floyd et Atalante: même dispositif malgré des discours de façade différents. Tout tire vers le bas. J'ai vu ce genre de groupe émerger au Québec dans le cadre de mon ciblage.

Le système mondialiste anglo-américain est le problème.

(Placé en ligne le 11 juin 2020)


● Mon ciblage par le biais de la COVID-19



CETTE SECTION EST EN DÉVELOPPEMENT.

J'ai beaucoup de choses à dire concernant l'opération de la COVID-19 et je dois faire référence à beaucoup de détails afin d'essayer de démontrer que je suis ciblé dans le cadre de cette opération.



Dans une section plus bas, j'affirmais être ciblé par l'opération concernant la COVID-19.

Je vais ici commencer par montrer une liste d'éléments de preuve concernant ce ciblage. Par la suite j'ajouterai du texte afin de donner davantage d'explications, car l'origine de ce ciblage remonte à plusieurs années.


Voici donc pour commencer divers éléments de preuve:

● Une des façons dont l'opération de la COVID-19 a été montée, c'est en provoquant le mimétisme par rapport à ce que je mange depuis janvier 2019, c'est-à-dire depuis que j'ai arrêté de travailler et que je suis en confinement à cause de mon harcèlement. Puisque j'avais moins d'argent, j'ai changé mes habitudes alimentaires et j'ai commencé à faire mon pain moi-même. J'achetais donc souvent de la farine. Chaque fois qu'il y a un changement dans mes habitudes de vie, les médias y font référence.

Dès que j'ai commencé à faire mon pain, les médias, plus particulièrement le journal La Presse, dont le chroniqueur Patrick Lagacé avait imité ma situation de surveillance (ce dont j'ai parlé sur mon site), y a fait référence, comme vous pouvez le voir ici dans haut de la page à droite. Je m'envoie souvent des lettres et des courriels par rapport à mes activités quotidiennes afin d'essayer de prouver que l'on me surveille. Cette fois-ci, je ne l'avais pas fait par rapport au pain. Quand j'ai vu que les médias y faisaient référence, je me suis cependant envoyé un courriel à cet effet au cas où ça reviendrait. Vous pouvez voir que je me suis bien envoyé ce courriel dans cette vidéo ici.

Plusieurs mois plus tard, ils ont utilisé cette information lors de la pandémie de la COVID-19 en provoquant le mimétisme chez les gens, ce qu'ils font souvent. Ils programment les gens à m'imiter par le biais des médias, mais, la plupart du temps, c'est fait avec une déformation.

Ils ont donc incité les gens à se faire leur pain eux-même parce que c'est ce que je faisais depuis plusieurs mois.

Ils surveillent constamment mes achats de farine. Vous pouvez voir une facture, avec la date (3 avril 2020), et un article publié quelque jours plus tard (le 7 avril 2020) montrant une photo d'une jeune femme faisant à manger avec la même marque de farine que je venais d'acheter. C'était la seule marque qui restait (Robin Hood) et j'en avais acheté en gros sac. C'est une marque que je n'aime pas et que je n'achète habituellement jamais, car Robin Hood est une référence au vol et à la redistribution. Ce ne sont pas que les riches qui se font voler dans ce système; ce sont même souvent des riches qui volent en compagnie du crime organisé et de pauvres en-bas, et qui mettent de l'avant un système « Robin Hood ». Cet article a été publié dans le même journal qui me ciblait par rapport au pain.

Ils utilisent le mot « renaissance » dans le titre en faisant référence à mes idées culturelles que j'exprime sur ma page Textes et idées, mais ils apportent une déformation idéologique par rapport à moi en montrant une femme arborant des tatouages, ce qui est un emblème de leur idéologie que l'on peut qualifier de marxiste culturelle. Faire son pain soi-même doit prendre la bonne tournure idéologique. Ils réalignent mon comportement, c'est-à-dire fabriquer mon pain, vers un contexte idéologique autre.

● Une autre façon dont je suis ciblé dans le cadre de cette pandémie, c'est par le biais du milieu de l'alimentation, qui est un endroit où ils m'ont fait travailler pendant plusieurs années. Vous pouvez voir ici une preuve démontrant que j'ai bien travaillé dans ce milieu.

Vous pouvez voir dans le document ici que j'ai travaillé avec une personne qui s’appelait Stéphane. Lors de recherches d'emplois dans le même milieu, on a aussi essayé de m'hameçonner en utilisant ce nom, comme vous pouvez le voir ici. Utiliser des noms de collègues de travail ou d'anciennes connaissances est une tactique récurrente de leur part qui les aide à brouiller le ciblage et à jouer à un jeu psychologique avec la vraie cible. Dans le cas de cette offre que vous pouvez voir dans le dernier lien, il s'agissait de me faire appliquer à un endroit offrant un salaire plus élevé qu'à l'habituel pour ce genre de poste et de se servir de mon application pour me faire dire « je veux ce salaire pour ce poste » et me faire approuver une hausse substantielle du salaire minimum. Ils se servent de moi comme ça pour réguler toutes sortes de choses en me plaçant idéologiquement en inversion par rapport à ce que je pense. Si moi je crois que je devrais avoir un meilleur emplois, un meilleur salaire et des meilleures conditions de par mon travail, mon sérieux (ils ne recherchent pas nécéssairement le sérieux, ils veulent souvent des gens qui s'« amusent » et qui ont du « plaisir », comme ils disent), ma compétence et mes diplômes, si je pense à ça (car les autorités lisent les pensées des cibles) ils partent des opérations parce qu'ils veulent que tous les autres soient augmentés aussi. C'est l'idéologie mondialiste égalitariste qui est derrière tout ça. Ils font ça au niveau de la population générale afin d'écraser des gens, surtout ceux qui ont un projet de vie individuel quelconque.

Vous pouvez voir dans l'article à propos du milieu des épiceries qu'ils utilisent le même nom, Stéphane, dans ce cas-ci caissier dans une épicerie, et qu'il font passer cet individu pour un héros parce que je ne veux plus travailler dans ce milieu et que je dénonce la situation de harcèlement en réseau en me faisant indirectement accuser de chercher à jouer au héros alors que je vis réellement cette situation. Ils déforment les choses de cette façon en réalignant les propos tenus par la cible, tout en faisant référence à cette dernière, et en se servant indirectement d'une ou des personnes qu'elle a côtoyées en faisant référence à leur nom, ces personnes étant aussi dans le coups concernant le harcèlement en réseau. La personne mentionnée dans l'article, Stéphane, est caissier alors que j'étais commis. Ils le présentent comme caissier parce que, dans le cadre de mon ciblage lors de mes recherches d'emplois, on m'avait offert un poste de superviseur qui comprennait aussi la supervision des caisses. J'avais refusé parce que je n'aime pas les caisses et parce que j'avais décidé de faire moins d'heures dans ce milieu à cause de ce qu'occasionne la surveillance et mon harcèlement avec tout ce que j'ai à faire. Aussi, tout était étrange, dont la personne qui m'avait fait passer l'entrevue. J'avais été piégé. Le poste réel offert sur place lors de l'entrevue ne correspondait pas à l'offre d'emploi. Ce ciblage par les superviseurs aux caisses s'est poursuivi par la suite chez un autre employeur. Ils aiment me voir près des jeunes femmes.

L'article en question est truffé de références à ma situation. Ils brodent une histoire fictive autour de l'observation de ma personne. Voici une liste de mots et de phrases qui me ciblent:

- « danseur de ballet »

Il s'agit d'une référence à mon goût pour l'art (Renaissance, classicisme, etc.) et à mes idées que j'exprime sur ma page Textes et idées. Il s'agit aussi d'une référence qui a été utilisée par un faux individu ciblé qui est placé sur Internet pour me nuire. Vous pouvez voir dans la vidéo, à la toute fin, qu'un intervenant fait référence à la danse classique. Tout ça est du théâtre. Il s'agit d'une mise en scène montée par des gens qui ont des liens quelconques avec les réseaux politiques et criminels. L'auteur de la vidéo me cible depuis très longtemps et brouille mon ciblage avec un autre faux individu ciblé qui se prétendait harcelé par lui alors que les deux sont de connivence. Il y en a d'autres qui font ça, comme Béatrice El Beze par exemple, avec plusieurs intervenants.


- « don d'ubiquité »

Cette référence récurrente au don d'ubiquité que l'on entend dans certains médias fait référence à la théorie de la communication. Par la virtualité des médias, les personnalités publiques sont partout à la fois. Tout ça est une référence à mon ciblage par les médias qui font constamment référence à moi de façon indirecte.


- « papier hygiénique »

Comme je l'ai dit précédemment dans une section plus bas, ils parlaient de pénurie de papier hygiénique depuis le début de la crise parce qu'ils m'avaient vu en acheter avant cet emballement mimétique provoqué par les autorités. Comme je l'ai dit, le papier hygiénique était en spécial, comme vous pouvez le voir ici et j'en avais acheté un peu plus qu'à l'habitude.


- « cinq années d'expérience »

Il s'agit d'une référence au nombre d'années d'expérience que j'avais à l'un des endroits où j'ai travaillé. Vous pouvez voir ici que j'avais travaillé 5 années a cet endroit. J'ai en fait 12 années d'expérience dans ce milieu, bien malgré moi. Pour une raison quelconque, ils font référence aux 5 années passées à cet endroit.

Dans une épicerie où j'ai travaillé après celle où j'ai travaillé pendant 5 ans, il y avait un employé qui faisait du mimétisme et qui disait que ça faisait 5 ans qu'il travaillait à cet endroit. C'était peut-être vrai, mais je n'en suis pas certain, car il était étrange. Il prétendait aussi avoir eu le même type de suspension que j'avais eu à l'endroit précédent parce que je me fâche à cause du harcèlement. (Je n'avais pas parlé de ça sur mon site francophone, mais j'en avais parlé en anglais. Tout ça sera fort probablement traduit éventuellement, car c'est en lien avec du mimétisme.)


- « 50 000 personnes »

Le caissier Stéphane dit qu'il côtoie 50 000 personnes par jours à cause de la crise de la COVID-19, ce qui est une référence au sport professionnel. Ils m'ont fait ça dans le cadre de mon ciblage, c'est-à-dire que mon travail à l'épicerie était analysé par certains médias comme s'il s'agissait d'une partie de hockey, ce que je trouvais détestable, car je n'aime pas le hockey. Ils font aussi référence aux stades de baseball avec ces 50 000 personnes, car ils savent qu'étant plus jeune, j'ai écouté le baseball, que je n'écoute plus depuis très longtemps. En plus, mon ciblage m'a fait réaliser, entre autres choses, que le sport professionnel est réellement truqué. Ils font toujours des pressions sur moi pour que j'écoute le sport professionnel alors que je n'aime plus cela depuis longtemps.

Une chose que les autorités font avec les appelants sur les tribunes téléphoniques, les militants et les activistes réels, c'est de les traiter indirectement comme des vedettes en leur donnant une attention monstre, mais en les gardant dans l’anonymat, comme si la cible n'avait pas de convictions et ne cherchait qu'à faire la vedette, ce qui est faux. Le star-système et le vedettariat nuisent aux gens qui rapportent quelque chose ou qui ont une cause quelconque, car les autorités se servent de ça pour les noyer dans la masse.


- « pompier de New York lors des attentats du 11 septembre 2001 »

Ils font référence à la ville de New-York, car ils savent que je préfère Paris. C'est récurrent dans mon ciblage. Ils font aussi référence à des gens ordinaires, les pompiers, qui sont mis en vedette lors de ce genre d'opérations pour lesquelles ils y a des cibles anonymes.


- « main gantée »

Quand je travaillais en épicerie, je portais des gants et des clients me demandaient pourquoi je faisais ça. C'est parce qu'ouvrir beaucoup de boîtes de cartons coupe et assèche la peau des doigts.


- « l’intervention d’un gérant »

Tout au long de mon ciblage, les autorités ne cessent d'observer mon comportement dans les moindres détails et dressent un profil. Il y avait parfois des situations pour lesquelles je devais demander l'intervention du gérant. Il n'y a pas que moi qui fait ça, c'est anodin et ça fait partie du travail, mais les autorités se servent de moi comme cible en faisant continuellement des références de cette façon.


- « paranos »

Les individus ciblés se font traiter de paranoïaques quand ils parlent ouvertement de leur situation.


- « il ne voit pas que du dévouement dans son travail qui, rappelle-t-il, lui sert d’abord à payer son loyer et sa nourriture »

Je devais travailler à cet endroit pour payer mon loyer et ma nourriture. Ils contrôlent totalement le placement sur le marché du travail. Si on ne prends pas les quelques emplois où ils veulent nous placer pour nous manipuler et se servir de nous pour faire avancer leur idéologie, on se retrouve dans une situation comme celle-là.


- « employés réguliers absents »

J'ai eu un poste régulier au cours de mon séjours dans les épiceries, et les autorités font référence à moi dans cet article en parlant d'« absent » alors que je n'ai pas d'affaire là. De plus, si je n'avais pas quitté ce milieu, il n'y aurait probablement pas eu de crise, du moins pas de cette façon. L'opération a été ajustée à mon comportement. Ils auraient peut-être utilisé des virus pour faire des opérations quelconques, mais ça aurait été différent si je n'étais pas ciblé.


- « des jeunes qui « ne prennent pas conscience du danger » ou alors qui n'ont pas d’autres possibilités d’emploi »

C'est une référence à ma situation par le biais des jeunes. Il parle de « prendre conscience du danger » parce que je ne crois pas à la version des médias concernant la COVID-19. Chaque fois qu'il est question des jeunes dans les médias, c'est souvent fait par rapport au ciblage d'individus plus âgés qu'eux.


- « sensible à la tension ambiante qu’il souffre d’une dermatite atopique »

Ces gens m'observent constamment et savent que je n'aime pas leur idéologie et le climat ambiant. Bien entendu, ils tournent ça contre moi en m'accusant d'être « sensible ». J'ai aussi demandé ces dernières années des renseignements au sujet d'une consultation en dermatologie et ils y font référence dans l'article. Comme lorsqu'ils disent que c'est la cible qui est trop « sensible », ils doivent aussi vouloir dire que c'est moi qui est à « fleur de peau » et non eux qui harcèlent. Ils font toujours toutes sortes d'amalgames à partir de différentes informations recueillies par le biais de la surveillance.


- « Notre caissier ne cache pas qu’il lui arrive de penser à quitter son emploi. Il affirme qu’il est à risque, à en croire son pharmacien, mais il doit attendre son rendez-vous avec son dermatologue avant de savoir s’il peut bénéficier d’un arrêt de travail. »

J'ai quitté mon emploi et le médecin m'a donné un arrêt de travail. Comme je l'ai dit plus haut, j'ai aussi demandé par ailleurs des renseignements concernant une consultation avec un dermatologue. Toutes mes conversations sont enregistrées et les médias y font référence.


- « dans une épicerie, tout le monde touche à tout »

On me disait ça quand je travaillais là et c'était repris par d'autres employeurs quand je tentais de sortir de ce milieu.


- « Il souhaite aussi que l’administration de son supermarché mette fin aux transactions avec de l’argent comptant, les billets et autres pièces étant des vecteurs potentiels du coronavirus. »

Ils donnent ici un autre discours que le mien à la personne par laquelle ils me ciblent afin de réaligner ma pensée. Pendant tout mon confinement, je payais tout en argent comptant parce que j'ai davantage de retour d'information dans les médias à propos de mes achats quand j'achète avec ma carte de débit. Il y a parfois des mises en scène qui sont montées par rapport à mes achats. Toute l'informatisation sert à la surveillance.


● Ici, vous pouvez voir un article concernant un artiste qui annonce sur les réseaux sociaux qu'il est atteint du virus comme si c'était aussi grave qu'un cancer. Il fait ça pour imiter les individus ciblés qui font une sortie sur Internet. Vous pouvez remarquer sur la photo qu'il est habillé en noir sur un fond noir parce que j'ai déjà eu une photo comme celle-là dans les premières années de mon site, comme vous pouvez le voir ici. Ils disent aussi dans l'article que le virus a été contracté à Paris parce que mes idées sont influencées par la culture française et européenne d'autrefois et parce que je suis déjà allé à Paris, comme j'en ai parlé sur mon site.

● Comme tout le monde en a entendu parler, les médias ont rapporté que, pendant une certaine période de temps, l'Italie a été touchée plus que d'autres pays par la COVID-19. Regardez ici et ici comment les médias abordent la situation en Italie en parlant de « lumière au bout du tunnel ». Ils est fort possible qu'ils fassent ça pour faire référence à des toiles que j'ai peintes dans le passé et qui ont été utilisées dans le cadre de mon ciblage même si je n'avais pas encore développé tout ce que je voulais faire au moment où ils sont entrés dans mes affaires. J'ai parlé de mon ciblage par les autorités en lien avec la « lumière au bout du tunnel » sur la page de mon témoignage. Ils peuvent aussi par cette opération faire référence à mon goût pour la culture d'autrefois qui s'est développée en Italie et en France, ainsi que dans l'ensemble de l'Europe, et tout ramener à la COVID-19 plutôt qu'à une situation culturelle que je dénonce avec mes idées.

● Dans cet autre article ici, ils font référence à mes achats lors de mes sorties qui sont toujours surveillées. Ils font aussi des analyses psychologiques erronées en ce qui concerne mes habitudes alimentaires et mes achats. Peu avant le début de la crise de la COVID-19, ils m'ont vu acheter du papier de toilette en spécial, ce qui n'a rien à voir avec un ressort psychologique en lien avec le confinement. Le papier de toilette était tout simplement en spécial (vous pouvez voir la circulaire avec la date ici). Les autorités ont cependant provoqué du mimétisme à cet effet en coulant l'information recueillie par le biais du système de surveillance. Ils montrent aussi ces images d'épicerie dans les médias parce que les autorités m'ont fait travailler dans ce milieu.


Comme je l'ai dit plus haut, cette section n'est pas terminée et elle est en développement. Je donnerai éventuellement d'autres éléments de preuve et plus de détails par rapport à ma situation.


(Cette section a été placée en ligne le 18 mai 2020, avec des modifications les 3 juin 2020 et 9 septembre 2020.)


Legault m’écœure


Le premier ministre du Québec François Legault est une personne qui m’écœure.

Je le dis maintenant parce que des gens, majoritairement des femmes, m'écrivent pour devancer ce que je vais dire sur mon site. Les autorités leur donne des informations à mon sujet pour qu'elles me le disent avant que je ne le dise sur mon site.

Les faux individus ciblés et les harceleurs en réseau sont très souvent des femmes, des hommes et des femmes de type voyou et des homosexuels, exactement ce qui correspond à ce qui est promu et protégé par les autorités (dans tous les milieux) et par les médias. Ces individus sont placés volontairement autour de la cible à des fins d'intégration et de contrôle mental dans le milieu où la personne évolue. C'est comme ça qu'ils ont changé le tissu social et les « valeurs » qui sont véhiculées socialement: par le ciblage et le harcèlement. Ils aiment cibler des gens dont l'éducation et la mentalité sont associées à la classe moyenne d'autrefois et à des valeurs religieuses catholiques et occidentales d'autrefois qui sont encore présentes par héritage culturel malgré les changements sociaux. Quand l'harcelé à des problèmes à cause de ces types d'individus placés autour de lui, ils le placent dans la même gang que les cas problèmes et le gèrent de façon hypocrite et indirecte en tirant vers le bas au lieu d'éliminer le problème. Ces gens prétendent que tous doivent être défendus, y compris le problème. En plus, on nous demandent de jaser et de socialiser avec ces gens.

Legault est lui-même un voyou qui participe au crime organisé.

Il est un violeur.

Il n'est ni nationaliste, ni catholique, ni canadien-français comme il le prétend.

Il est un mondialiste comme il l'a démontré en appuyant Amazon et Uber et par la façon dont il se comporte par rapport à la COVID-19.

Ce gars participe à mon harcèlement depuis très longtemps, alors que j'avais appelé sur une tribune téléphonique et que j'avais été membre de l'ADQ.

J'avais commencé à écrire des textes sur lui, mais on m'écrit à ce sujet parce que je n'en ai pas encore parler explicitement sur mon site. Ce sont des gens qui s’immiscent dans mon ciblage pour essayer de tout brouiller. Ça fait partie du gaslighting.

Comme à leur habitude, les autorités utilisent des femmes pour harceler des hommes ciblés. Ces femmes ne sont pas du tout ciblées et harcelées. Elle font du mimétisme.

Ce n'est pas parce que je n'ai pas nommé quelqu'un explicitement que ça veut dire que cette personne ne me cible pas. À peu près toutes les personnalités que l'on voit dans les médias me ciblent et me harcèlent. Par exemple, il y a aussi Manon Massé, Catherine Dorion, François Paradis, Vincent Marissal, Gabriel Nadeau-Dubois, Valérie Plante et Paul Arcand qui me ciblent et qui m'imitent régulièrement. Tous ces gens font partie du même dispositif.

J'ai toutes ces opérations médiatiques qui me ciblent et tous ces gens sur Internet qui me ciblent et me harcèlent en prétendant être ciblées alors qu'ils ne le sont pas.

Ces femmes qui disent qu'elles brûlent ne sont pas réelles. Le mot « brûler » est une métaphore qui est utilisée par ces individus qui prétendent sur Internet qu'on les brûlent physiquement par micro-ondes, alors que les vraies cibles sont des gens comme moi qui sont brûlés par les autorités, non pas physiquement, mais sur le plan artistique, intellectuel et de leur profession, avec la participation de tous, y compris la famille qui a été infiltrée par le crime organisé.

Legault, comme tous les autres, participent à cette situation sans intervenir. Il fait continuellement référence à moi, à tout ce que j'écris, à ce que je fais chez moi et à ce que je pense, mais n'intervient pas.

Je n'ai pas terminé d'écrire à ce sujet, tout comme au sujet de la COVID-19 dont je suis la cible à l'échelle planétaire.


Éléments de preuve concernant mon ciblage:

Pendant que j'écrivais cette section (vous pouvez voir ici à quelle heure j'ai commencé à le faire. Il faut faire attention, il s'agit de l'heure GMT. J'avais donc commencé à 15:01:08, heure de l'Est (HAE) ), les médias ont publié à 16h18 un article me comparant à un détenu. Comme je le dis dans ma section sur le contrôle mental, je considère avoir été placé dans une prison virtuelle par les autorités.

Cet article est un exemple de l'effet de miroir constant que je subis de la part des autorités.

Voyez-en un autre ici encore où une pauvre femme souriante correspondant au bon type idéologique à tendance marxiste culturel est décédée à 33 ans. Il faut bien remarquer le chiffre 33 qui est récurant lors de tels ciblages. Ils en font mourir une de ce type à cause de ce que je dis plus haut concernant les femmes. C'est bien clair, c'est elle la victime!


(Placé en ligne le 5 mai 2020, avec des modifications le 25 juin 2020.)


Je suis ciblé par les opérations concernant la COVID-19


Comme toujours depuis le début de mon ciblage, je suis ciblé par les grandes opérations mondialistes.

Chaque fois qu'une histoire est répétée à grande échelle dans tous le système de communication mondial, c'est parce qu'il y a quelque chose qui se cache là-dessous et ce n'est pas différent avec le coronavirus.

Il ne s'agit pas d'être irresponsable, mais il faut laisser parler les faits : chaque année, partout à travers le monde, des centaines de millier de personnes dont la santé est plus vulnérable que les autres meurent de la grippe. Les autres absorbent le virus et se créent une immunité de façon naturelle, car leur organisme apprend à combattre le virus, et ce, sans vaccination.

Alors pourquoi tout ce tapage et cette démesure concernant le coronavirus alors que c'est le silence pour les centaines de millier de décès chaque année? Parce que les autorités ont choisi ce moment pour aller de l'avant avec leurs opérations, et, comme d'habitude, elles font ça sur le dos d'individus ciblés comme moi qu'elles gardent sous surveillance 24h sur 24.

Toute cette histoire de confinement est basée sur mon mode de vie depuis que j'ai arrêté de travailler en janvier 2019 parce que je suis toujours ciblé, harcelé et surveillé avec des technologies par des gens dans les endroits spécifiques où les autorités ont décidé de me placer sur le marché du travail.

On répand du mimétisme à mon sujet afin de me noyer parmi les autres à l'échelle mondiale parce que, justement, depuis janvier 2019, je vis en confinement dans mon appartement en restant presque toujours dans ma chambre Faraday. Depuis le début de l'hiver 2019-2020, je ne sors que pour aller faire mon épicerie et je retourne directement chez-moi. Pendant l'été, je sortais une fois par semaine pour faire du bicycle. Bien entendu, tout ça était observé par les autorités.

On demandent à tout le monde de faire ce que je fais pour me noyer dans la masse et me rendre comme les autres. Lorsque je fais mon épicerie, j'achète de la farine, des pâtes alimentaires et des légumineuses en me faisant quelques provisions. C'est la raison pour laquelle ils font faire ça aux gens et qu'ils montrent ces images dans les médias. Depuis au moins les années 2005 et 2006, ils créent du mimétisme partout autour de moi.

Si la couverture médiatique est souvent axée sur les épiceries, c'est parce qu'ils m'ont fait travailler dans ce milieu pendant plusieurs années et qu'ils voient que je n'y retourne pas. Je considère que je n'ai pas d'affaire là et qu'on me place à cet endroit pour abaisser mon niveau psychologique en le ramenant au premier degré alors que je suis plus artistique, intellectuel et spirituel et que j'ai fait des études collégiales et universitaires. Ces gens veulent me casser. Ils ont aussi tenté de me placer à d'autres endroits, un peu plus proche de ma branche, mais c'est toujours fait dans le cadre d'une surveillance, d'une manipulation et d'un ciblage politique. Comme tous les individus ciblés, je ne peux travailler qu'à certains endroits spécifiques où je subis un ciblage et un harcèlement constant qui est ignoré par les autorités parce que l'on me fait du gaslighting. Ces gens violent mon intimité, volent mes idées, font toutes sortes de pressions et harcèlent constamment de façon hypocrite concernant des choses qui ne les regardent pas. Les entreprises surveillent tant leurs employés que leur clientèle, avec certains individus qui sont surveillés plus que d'autres à cause de leur profil.

Les autorités se servent de moi en m'entourant de gens pour faire avancer leur programme, toujours en me plaçant volontairement en contradiction avec mes idées. Elles me ciblent aussi pour mes croyances spirituelles et religieuses et mon mode de vie lié à ces croyances. Toutes mes activités sont constamment sous surveillance et j'en reçois continuellement un retour d'information par le biais des médias et des employeurs. C'est comme ça partout où je vais.

C'est la raison pour laquelle je m'isole et que je vis en confinement, ainsi que pour toutes les raisons que je rapporte sur mon site.

Les autorités font donc cette opération sur mon dos afin de répandre à l'échelle mondiale des comportements mimétiques liés au confinement. Elles peuvent ainsi continuer leur gaslighting et me faire passer pour fou quand je parle de tout ça ouvertement.

De façon plus générale, les autorités ont aussi observé mes caractéristiques personnelles au cours des années, non seulement depuis que je suis en confinement, et ont provoqué du mimétisme à ce sujet. Par exemple, je suis quelqu'un qui se lave souvent les mains, par exemple quand je vais consulter des livres à la bibliothèque. J'aime aussi garder une certaine distance quand je suis proche des gens et je n'aime pas toujours serrer des mains. Je suis aussi quelqu'un de casanier. Tout mon comportement a été analysé et mes caractéristiques personnelles ont été retransmises par le biais du système de communication ainsi que par divers réseaux afin de provoquer le mimétisme.

Tout ça est fait pour noyer les vrais individus ciblés dans la masse, les rendre comme les autres et ainsi les effacer en les ignorant tout en faisant indirectement référence à eux. C'est fait pour les faire passer pour des égocentriques centrés sur leur « petit » problème alors que les gens sont en confinement à l'échelle internationale.

Les autorités m'avaient aussi fait quelque chose de semblable pendant la pandémie du H1N1 de 2009. Elles choisissent de parler des grippes quand elles veulent s'en servir pour faire passer leur programme.


Voici ici des exemples d'articles qui font référence à moi :

Vous pouvez voir ici un article concernant un artiste qui annonce sur les réseaux sociaux qu'il est atteint du virus comme si c'était aussi grave qu'un cancer. Il fait ça pour imiter les individus ciblés qui font une sortie sur Internet. Vous pouvez remarquer sur la photo qu'il est habillé en noir sur un fond noir parce que j'ai déjà eu une photo comme celle-là dans les premières années de mon site, comme vous pouvez le voir ici. Ils disent aussi dans l'article que le virus a été contracté à Paris parce que mes idées sont influencées par la culture française et européenne d'autrefois et parce que je suis déjà allé à Paris, comme j'en ai parlé sur mon site.

Comme tout le monde en a entendu parler, les médias ont rapporté que, pendant une certaine période de temps, l'Italie a été touchée plus que d'autres pays par la COVID-19. Regardez ici et ici comment les médias abordent la situation en Italie en parlant de « lumière au bout du tunnel ». Ils est fort possible qu'ils fassent ça pour faire référence à des toiles que j'ai peintes dans le passé et qui ont été utilisées dans le cadre de mon ciblage même si je n'avais pas encore développé tout ce que je voulais faire au moment où ils sont entrés dans mes affaires. J'ai parlé de mon ciblage par les autorités en lien avec la « lumière au bout du tunnel » sur la page de mon témoignage. Ils peuvent aussi par cette opération faire référence à mon goût pour la culture d'autrefois qui s'est développée en Italie et en France, ainsi que dans l'ensemble de l'Europe, et tout ramener à la COVID-19 plutôt qu'à une situation culturelle que je dénonce avec mes idées.

Dans cet autre article ici, ils font référence à mes achats lors de mes sorties qui sont toujours surveillées. Ils font aussi des analyses psychologiques erronées en ce qui concerne mes habitudes alimentaires et mes achats. Peu avant le début de la crise de la COVID-19, ils m'ont vu acheter du papier de toilette en spécial, ce qui n'a rien à voir avec un ressort psychologique en lien avec le confinement. Le papier de toilette était tout simplement en spécial (vous pouvez voir la circulaire avec la date ici). Les autorités ont cependant provoqué du mimétisme à cet effet en coulant l'information recueillie par le biais du système de surveillance. Ils montrent aussi ces images d'épicerie dans les médias parce que les autorités m'ont fait travailler dans ce milieu.

Ici, on prétend que quelqu'un veut tuer Justin Trudeau parce que les autorités savent que je suis fâché concernant cette opération au sujet de la COVID-19 et que j'ai ressenti de l’agressivité intérieurement. Je ressens souvent de l'agressivité envers Justin Trudeau (pas seulement lui) depuis le début de mon ciblage parce que j'ai toujours ce gars après moi. Les autorités analysent toujours le métabolisme des cibles et renvoient un retour d'information dans les médias à ce sujet, mais la plupart du temps avec une déformation idéologique. Elles ramènent tout dans leur giron.

Je crois que la source de l'opération est mondialiste, majoritairement anglophone d'origine anglo-américaine et non strictement chinoise.

Je suis constamment ciblé par ce genre d'opération, même quand je n'en parle pas sur mon site. C'était le cas aussi avec les Gilets jaunes et le mouvement des Indignés. Chaque fois qu'il y a une grosse histoire dans le système de communication mondialiste, je fais toujours indirectement partie du contenu qui est relayé sous la forme d'un retour d'information dans les nouvelles. C'est toujours en lien avec les divers employeurs et entreprises, les partis politiques, les mouvements collectifs, les lettres dans le journal, les tribunes téléphoniques, etc.

Je donnerai encore des informations concernant cette opération de la COVID-19.


(Placé en ligne le 24 mars 2020, avec quelques modifications le 9 avril 2020, 23 avril 2020 et le 3 mai 2020.)


Un autre décès suspect


Je disais dans le texte plus bas que j'ai remarqué depuis que je suis ciblé que les autorités programmaient le décès de certaines personnalités publiques.

Dans un autre texte, j'ai aussi parlé de certaines choses qui se passent dans le milieu de l'histoire de l'art et je mettais en doute l'authenticité d'un historien de l'art que j'associais à la culture de '68. J'apportais les dernières modifications au texte le 7 mars. Quant à mon texte sur le décès des personnalités publiques, il a été placé en ligne le 25 mars.

Et bien, le 1er avril, le décès d'un historien de l'art qui fit carrière au Québec a été annoncé, lui aussi devenu historien de l'art dans les années '60. Voir l'article ici.


(Placé en ligne le 17 avril 2019)


Les autorités programment les décès de certaines personnalités publiques


Ce sujet que j'aborde ici peut sembler invraisemblable pour beaucoup de gens, mais j'ai décidé d'en parler quand même.

Une des choses que j'ai remarquées depuis que je suis ciblé, c'est l'étrangeté des décès de certaines personnalités publiques. Ces décès coïncident souvent avec mes agissements. Par exemple, je fais des recherches sur un auteur en particulier et son décès est annoncé dans les jours qui suivent, ou je pense à une chanteuse pop que je n'aime pas et son décès est annoncé.

La dernière fois que ça m'est arrivé, c'est lorsque j'ai placé sur mon site le texte « Les indépendantistes et nationalistes québécois » sur la page de mon témoignage. Quelques jours plus tard, le décès de l'« indépendantiste » Bernard Landry a été annoncé. Vous pouvez vérifier la date à laquelle j'ai placé ce texte. Il s'agit du 1er novembre 2018, alors que le décès de Bernard Landry a été annoncé le 6 novembre 2018, comme vous pouvez le voir ici.

Ce qu'ils ont fait en programmant ce décès est une opération psychologique lors de laquelle ils ont utilisé cet événement et les funérailles afin d'imposer la retenue et le respect requis dans de telles circonstances. Ils constatent que, dans une région donnée, le Québec, il y a des gens comme moi qui expriment certaines idées, et c'est comme s'ils nous disaient « Ah, vous dites que ces gens, les indépendantistes, sont des agents d'opposition contrôlée et que nous faisons des opérations psychologiques pour neutraliser les indépendantistes et les autonomistes? Et bien, on vous programme un décès avec les funérailles et tout le bataclan afin de vous indisposer et que vous fermiez votre gueule! ». Voilà toute l'hypocrisie de l'establishment. Je ne sais pas s'ils tuent réellement la personnalité publique ou si le décès ne signifie que la mort médiatique du personnage, c'est-à-dire sa vie publique est terminée et que nous ne verrons plus jamais cette personne dans les médias. Personnellement, je crois que Bernard Landry est réellement mort et qu'ils ont provoqué son décès. Il était malade, mais ça ne veut rien dire parce que les autorités utilisent stratégiquement ce genre de situations et s'en servent pour camoufler leurs actions.

Mis à part cette coïncidence entre ce décès et la publication de mon texte sur mon site, je ne peux pas donner d'autres preuves à propos de ce que j'avance ici, mais avec tout ce que j'ai vu depuis que je suis ciblé, je sais qu'il y a des fortes chances (j'en suis même certain) que ce décès ait été programmé et provoqué artificiellement. Bernard Landry est quelqu'un qui réagissait souvent à ce que je dis, même avant que mon site ne soit placé en ligne alors que je disais tout ça en privé, mais je ne crois pas que mes propos l'aient ébranlé au point de provoquer son décès, surtout que ce genre de chose ne s'est pas produite seulement avec lui.

Pendant toute la couverture médiatique de cet événement, l'accent a été mis sur le grand patriote et indépendantiste qu'était, ou qu'aurait été, Bernard Landry, afin de contrer ce que j'ai écrit dans mon texte. C'est une opération pour faire taire la population et renforcer l'idée que ces politiciens étaient placés là dans le but réel de faire l'indépendance. Tout ça crée un effet psychologique.


Voici certains indices indiquant que Bernard Landry n'était pas un indépendantiste réel :

- Son nom avait une signification, ce qui est récurrent en ce qui concerne les agents. C'est un nom d'origine germanique, Landry = Landric = pays/puissant. (voir ici). L'origine germanique et la signification du nom fait référence au nationalisme.

- En 2005, il disait vouloir faire l'indépendance dans les 1000 jours. (voir ici). Pourquoi dire 1000 jours et non pas 3 ans? C'est peut-être pour faire référence aux 1000 ans du III Reich, une autre référence germanique. Je dis ça parce que, dans le système de communication, les politiciens utilisent souvent l'imaginaire collectif de cette façon. Ils me l'ont fait moi-même dans le cadre de mon ciblage en faisait référence à l'Allemagne.

- Il appuyait la globalisation des marchés et servait de trait d'union entre les indépendantistes radicaux et les plus modérés (voir ici), ce qui pourrait être un comportement stratégique pour neutraliser les vrais indépendantistes. Il me faisait la même chose quand j'avais appuyé l'autonomie du Québec en faisant pression sur moi pour me ramener dans l'idéologie dominante et en écoutant mes conversations privées. Il défendait tout le temps l'infrastructure qui a été mise en place par les néolibéraux mondialistes.

- Il favorisait l'industrie du jeu vidéo (voir ici), ce qui contribue à l'américanisation de la culture. Tout ça fait aussi partie du plan de contrôle technologique des mondialistes.



Suite à la mise en ligne de ce texte:

Un des quotidiens parmi les plus corrompus du Québec (peut-être même LE plus corrompu), Le Journal de Montréal, annonce le décès du bassiste du groupe Offenbach. Voir ici.

Quel sens donner à tout ça? Et bien, ces crétins ont une très grande préoccupation pour le fait que je joue de la guitare, même si je n'en parle à peu près à personne et qu'il s'agit d'une activité privée. Donc, puisque je dénonce les faux décès, ou les décès provoqués de façon artificielle, ils en provoquent un autre, et en même temps me rétrogradent, comme ils le font tout le temps avec les individus ciblés, même si je n'ai pas d'ambitions professionnelles concernant cette activité. Ils me disent : « t'es bassiste! », et en plus ils le font par le biais d'un gars qui jouait dans un groupe rock avec lequel je n'ai absolument rien à voir, ainsi qu'une culture avec laquelle je n'ai rien à voir. Ils font ça pour me mettre en contradiction avec mes idées et pour harceler.

La première version de mon texte a été placée en ligne à 1h35 GMT, donc à 21h35 heure de l'Est, ce qui peut être vérifié dans l'Internet Archive, alors que le Le journal de Montréal a annoncé le décès à 22h14.

Ces gens suivent tout ce que je fais en temps réel et sont tout le temps dans mon ordinateur.

Radio-Canada a attendu au lendemain pour annoncer le décès et ils ont dit que le bassiste était mort d'un arrêt cardiaque (voir ici). Même s'ils disent qu'il est décédé dans l'ambulance en après-midi en se rendant à l'hôpital, ça ne veut rien dire. Le décès a été annoncé par le Journal de Montréal à 22h14, soit trois quarts d'heure après que j'aie placé mon texte en ligne et ce genre de « coïncidences » se produisent très souvent dans mon cas d'individu ciblé. Je crois que Radio-Canada s'est ajustée par rapport à mon texte.


(Placé en ligne le 25 mars 2019, avec des ajouts le 26 mars 2019; quelques ajouts et modifications le 22 août 2019.)


● Une opération concernant la publication d'un livre à scandale est lancée suite à des propos tenus sur mon site


Suite à la mise en ligne des trois textes que vous pouvez lire plus bas, juste après celui qui vous lisez présentement, les autorités ont organisé une autre opération médiatique, comme il le font à peu près chaque fois que je publie quelque chose sur mon site.

Toute l'opération concernant le livre Sodoma de Frédéric Martel a été organisée à cause de ce que je dis dans mon texte sur le milieu de l'histoire de l'art. J'avais retiré ce texte, car je voulais le remanier. Vous pouvez voir ici une vidéo d'un brouillon du texte avec la date à laquelle je l'avais enregistré sur mon ordinateur. Je fais ces vidéos pour garder des preuves, car j'ai toujours des gens dans mon ordinateur. Vous pouvez aussi voir ici une version que j'avais enregistré sur mon site, mais que je voulais corriger et remanier. J'avais placé ces textes sur le site immédiatement, même s'ils n'étaient pas terminés, justement parce que des gens avaient accédés à mon ordinateur.

Comme vous pouvez le voir plus bas, j'avais dit dans le texte sur les intellectuels québécois que les livres et les pièces de théâtre peuvent être produits très rapidement. Et bien, c'est ce qu'ils ont fait avec le livre Sodoma, justement parce que je venais de le dire, ce qui est une chose qu'ils font souvent.

Les textes avaient été placés en ligne pour la première fois le 14 février 2019, et le livre a été publié le 21 février 2019, donc une semaine après.

Je sais que ce livre a été écrit dans un court laps de temps parce que l'auteur fait référence à ce que j'ai dis dans les trois textes que vous pouvez lire plus bas. Ça ne faisait pas 4 ans que Frédéric Martel travaillait sur ce livre et il y a certainement plusieurs personnes qui y ont travaillé. Ce livre vient d'être écrit, et je peux en donner certains éléments de preuve.

Premièrement, le titre du livre est Sodoma, ce qui fait référence à un peintre de la Renaissance qui s'était fait donner ce surnom à cause de pratiques sexuelles qu'on lui a attribuées, tout comme à Léonard de Vinci d'ailleurs. Dans mon texte sur les historiens de l'art, j'avais dit qu'une historienne de l'art cherchait à présenter la Renaissance de façon négative, comme c'est souvent le cas dans le milieu de l'art. Il n'y a personne qui va me faire croire que les comportements sexuels déviants ont commencé à la Renaissance et qu'il n'y en avait pas au Moyen-Âge.

Ensuite, dans le même texte sur les historiens de l'art, j'avais parlé d'hypocrisie, d'athées et d'homosexuels qui se cachent dans le système de l'establishment. Et bien, tous ces arguments que j'utilisais contre l'establishment ont été déformés et utilisés pour attaquer l'Église et ternir sa réputation. Martel et plusieurs représentant des médias qui utilisent mes arguments ne parlent pas de l'infiltration de l'Église que j'avais mentionnée. Ce qu'ils veulent, c'est attaquer les croyants catholiques pour le bénéfice du plan de contrôle mondial de l'establishment.

J'avais aussi parlé des attaques contre les croyants dans le texte sur Kevin Parent intitulé Un harceleur qui se prétend harcelé. Kevin Parent et Frédéric Martel fonctionnent dans le même réseau international de harcèlement.

Frédéric Martel est un athée et ils ont choisi ce gars pour présenter ce livre au public parce que je disais que je soupçonnais un historien de l'art d'être un athée qui gère le patrimoine.

J'ai aussi dit que les autorités aiment parler de patrimoine, parce que le fait religieux devient ainsi une histoire du passé. C'est ce qui est le but avec cette opération à propos du livre Sodoma. Denise Bombardier, cette hypocrite, le mentionne d'ailleurs dans une très mauvaise chroniques concernant ce livre : « L’Église catholique, cette organisation encore et toujours misogyne, incapable à ce jour de se réformer, survivra-t-elle à cette bombe nucléaire ? » Elle joue toujours à celle qui vole plus haut que les autres, mais elle ne veut pas expliquer ce qui se passe réellement avec cette opération.

Les articles suivant l'expliquent beaucoup mieux. Cependant, ces gens peuvent aussi faire de l'opposition contrôlée (ce que je crois), car le contenu des articles semble parfois faire référence à moi. Ce que je dis, c'est que le contenu est meilleur :

Homosexualité dans l'Eglise catholique : “Sodoma”, un mauvais livre politique

«Sodoma, de Frédéric Martel: distinguer les faits relatés et la démarche militante»

« Sodoma », une diatribe autoréférentielle

« Sodoma » : le livre qui lève le voile sur l’homosexualité au Vatican !


(Placé en ligne le 2 mars 2019, avec un ajout le 3 mars 2019.)


L'arnaque des intellectuels « québécois »


Une des situations que j'ai vécue depuis que j'ai été placé sous surveillance, c'est d'avoir été la cible des intellectuels « québécois » et de subir leur mimétisme. Je place le mot « québécois » entre guillemets, parce que la même chose se produit à l'échelle internationale, notamment en France. Ces intellectuels ne sont que des agents évoluant dans un réseau international et la doctrine qu'ils véhiculent est l'idéologie qui a été élaborée au fil du temps par l'establishment anglo-américain.

J'ai dit depuis longtemps sur mon site que j'étais ciblé par le biais de la chronique du critique d'essais Louis Cornellier, du journal Le Devoir. Voici d'ailleurs un courriel que j'avais envoyé à ce journal concernant ma surveillance. Vous pouvez voir que j'y mentionne le nom de ce chroniqueur. J'avais placé une copie de ce courriel dans la section « Opération médiatique concernant la surveillance », que vous pouvez lire plus bas.

Voici un élément de preuve qui vous aidera peut-être à croire ce que j'avancerai par la suite. Le 1er mai, j'avais placé en ligne une ébauche de ma page sur le contrôle mentale où j'ai cité l'auteur Robert Jay Lifton à propos de la prison politique. Et bien, le 2 juin 2018, donc un mois après, Louis Cornellier publiait une critique d'un livre réfutant la valeur scientifique d'une expérience comme celle de l'Université Stanford sur la prison. Bien entendu, il fait ça afin d'attaquer indirectement les propos que je tiens sur mon site et de tenter d'enlever de la crédibilité à mon témoignage d'individu ciblé. Ces intellectuels ne sont en fait que des rhéteurs travaillant pour l'establishment qui sont placés là pour prendre les idées des cibles, les contredire ou chercher à les réfuter même quand les propos des dites cibles sont justes. Ce livre a été publié un mois avant que je ne place en ligne l'ébauche de ma page sur le contrôle mental, mais il y avait eu des fuites. C'est la raison pour laquelle j'avais placé le texte en ligne avec une note expliquant la situation, ce que vous pouvez voir ici. Alors, soit que Louis Cornellier (ou ceux qui le dirige) a choisi ce livre pour me cibler, ou le livre était déjà connu et peut avoir été écrit à partir des fuites concernant ma page sur le contrôle mental.

Le fait que Louis Cornellier mentionne ce livre afin de cibler mon site rend cet ouvrage douteux, et, comme je viens de le mentionner, il ne pourrait avoir été publié que pour tenter de faire autorité et d'enlever de la crédibilité à mes propos. De plus, le nom de l'auteur est étrange: Le Texier, alors qu'une grande part de l'information/désinformation américaine provient du Texas avec des individus comme Alex Jones et Texe Marrs. La chronique du Devoir de Louis Cornellier ne serait en fait qu'une chronique de la CIA.

Le prochain exemple est un peu moins évident, et, pour bien le saisir, il faut comprendre les méthodes mentionnées par Nicolas Desurmont concernant les messages cryptés qui sont véhiculés par les médias afin de cibler des gens.

Cet exemple concerne une autre critique de Louis Cornellier à propos d'un essai publié par un intellectuel dont le nom de famille est Thériault. Cette publication et la façon dont elle est présentée dans la chronique font référence à des textes que je n'avais pas encore placés en ligne auxquels ont pu accéder ceux qui m'espionnent. (Ils sont maintenant en ligne et vous pouvez les lire un peu plus bas.) Comme je l'ai déjà mentionné sur ma page sur le contrôle mental, en note de bas de page(*), lorsque je travaille à l'ordinateur, même lorsque je suis dans ma chambre Faraday, ils peuvent avoir accès au contenu de mes textes.

Vous pouvez voir dans les deux vidéos suivantes (ici et ici) la date à laquelle j'ai produit ces textes ainsi que leur contenu. Si vous regardez attentivement, vous pourrez voir dans le premier texte sur le milieu de l'histoire de l'art que j'ai parlé de mépris. Vous pouvez voir ça dans le 13e paragraphe. Ensuite, vous pouvez constater dans le texte de Louis Cornellier qu'il écrit le « mépris qu'on réserve à ceux qui n'adhèrent pas à l’idéologie du cosmopolitisme culturel », afin de reprendre mon vocabulaire et de l'utiliser pour présenter au public un intellectuel de l'establishment. Il veut aussi probablement faire référence et contredire l'expression « marxisme culturel » que j'utilise.

Concernant le deuxième texte au sujet de Kevin Parent, vous pouvez voir que je parle d'une femme qui me surveille et que je la qualifie comme appartenant au même type de culture que celle à laquelle appartient ce chanteur pop. Le nom de famille de cette femme est Thériault, le même nom que l'auteur dont parle Louis Cornellier. Vous pouvez voir dans cette vidéo ici, que je montre pour la première fois et que j'avais prévu placer dans une autre section de mon site, que j'avais donné le nom de cette femme à la police, car elle me surveille depuis plusieurs années. J'ajouterai éventuellement cette section à mon site. En attendant, vous pouvez voir dans cette vidéo tous les noms que j'ai rapportés à la police en décembre 2016, y compris ceux des personnalités publiques. Il y en a beaucoup et la liste n'est pas exhaustive. Le nom de la personne dont je parle, Thériault, est le quatrième nom à partir du début de la liste. Cette personne est souvent dans mon entourage à des moments précis lorsqu'il se passe quelque chose à propos de ma situation d'individu ciblé. Ce fut encore le cas lorsque Louis Cornellier publia sa critique du livre de Thériault.

Selon ce que j'ai pu observer depuis que je suis ciblé, les livres et les pièces de théâtre peuvent être produits très rapidement. J'ai déjà été témoin d'une pièce de théâtre qui a été montée en l'espace de 3 jours, campagne de promotion incluse, juste pour me cibler. C'est comme une usine de production culturelle qui se consacre à la consommation prolétaire, un peu comme ce à quoi il est fait allusion dans le roman 1984.

C'est donc ce qui s'est passé dans le cas de mes textes. J'en ai écrit deux à l'ordinateur et ils y ont eut accès même si j'étais dans ma chambre Faraday et que je travaillais sur une clé USB que je retire par la suite de l'ordinateur. (Voir note 1, au bas du texte) Ensuite, ils ont fait écrire où ils ont choisi ce livre dans lequel l'auteur prône le concept de nation, non seulement parce que j'ai mentionné ce terme dans le texte sur Kevin Parent, mais aussi parce que, suite à une lettre au journal Le Devoir en 2006, comme je l'ai mentionné ailleurs sur mon site, j'ai été mêlé indirectement à cette histoire de motion concernant l'octroi du statut de nation au peuple québécois prononcé par l'ancien premier ministre Stephen Harper.

Louis Cornellier présente cet essai en utilisant divers éléments faisant référence à ma surveillance. Par exemple, il mentione John Lennon et la chanson Imagine, ainsi que Diogène. Cette référence à John Lennon a été utilisée pour me hameçonner, car, par la surveillance, il savait que je trouvais que le texte de cette chanson semblait faire référence à la mondialisation et à une gouvernance mondiale sans religion et sans frontière. Cornellier mentione Justin Trudeau, mais c'est Stephen Harper qui a essayé de me faire adhérer à cette idéologie en chantant la chanson Imagine. Il faisait de la musique parce que je suis espionné chez-moi et que ces gens savent que je chantais des chansons à la guitare, mais pas cette chanson là. Il y a aussi un collègue de travail qui m'imitait sur Internet et qui cherchait à m'influencer. Il a chanté une chanson des Beach Boys qui avait été reprise pas Brian Adams, car avant que je ne sois ciblé et que je ne comprenne ce qui se passe, même si je faisais de l'histoire de l'art et de la peinture, j'écoutais aussi encore de la musique populaire, ce dont je me suis maintenant presque complètement détaché à cause de ce que j'ai vécu. J'aimais ce groupe de musique, et, dans le passé, avant de devenir ciblé, j'ai déjà utilisé sur Internet le pseudonyme de Brian, en référence à Brian Wilson des Beach Boys. C'est pour ça qu'ils ont choisi Brian Adams pour chanter la chanson God Only Knows. Ils se servent de ça pour manipuler les croyants et ils voulaient m'influencer idéologiquement en milieu de travail, car ils cherchent toujours à me ramener dans leur programmation. Ils ont donc fait reprendre cette chanson à ce collègue de travail et lui ont aussi fait chanter la chanson Imagine, ce dont il m'avait parlé parce qu'il participait au harcèlement en réseau. Voir ces images ici (pdf). Cet individu est d'origine philippine, car on me faisait travailler dans un millieu interculturel à des fin d'intégration et de contrôle idéologique. Comme vous pouvez le voir dans cette vidéo ici, pendant la même période de temps, mon propriétaire me ciblait en faisait faire des travaux chez moi en envoyant un ouvrier d'origine philippine, justement parce que j'étais en contact avec ce collègue de travail. Tout ça fait partie des tactiques utilisées dans le cadre des mesures de décomposition.

La référence à Diogène est due à de l'espionnage de mes conversations. J'avais cités certaines de ses paroles, mais sans rapport idéologique avec sa pensée et dans un contexte informel. Michel Onfray, en compagnie de d'autres intellectuels d'opposition contrôlé du système international, ont aussi fait indirectement référence à tout ça, comme vous pouvez l'entendre ici. Dans ce cas-ci, ce n'est peut-être pas évident pour vous qu'ils me ciblent, mais moi je sais que c'est ce qu'ils font et ils ont fait tout ça en contradiction avec mes idées.

Cornellier fait référence à tout ça parce que lui et l'écrivain ont volé mes idées et veulent m'enlever ma crédibilité même si mon cheminement intellectuel est authentique et ne date pas d'hier. Mon ciblage m'a aidé à faire le ménage, car il restait des relents de la mentalité dominante dans mon psychisme. Eux, ils profitent de tout ça et cherchent à me définir en contradiction avec ce que je pense, alors qu'eux-même ne sont pas authentiques. Tout ça fait partie des tactiques de la CIA : hameçonner les jeunes et ensuite s'en servir plus tard.

Il est possible que le livre dont il a été question dans la chronique de Louis Cornellier n'ait pas été écrit seul par Thériault. Je crois personnellement que, très souvent, ce sont des équipes qui les écrivent et que l'écrivain ou l'intellectuel est la façade qui est présentée au public. C'est probablement la même chose concernant beaucoup d'albums de musique populaire. Le crédit n'est pas toujours donné à ceux qui ont écrit les chansons et les individus qui sont placés à l'avant scène sont là pour la communication avec le public.

Si vous trouvez que je n'ai pas assez d'éléments de preuve concernant ce que j'avance à propos de ces deux textes (je pourrais par exemple avoir changé la date sur l'ordinateur, mais ce n'est pas le cas), et bien, le premier article que j'ai mentionné concernant l'expérience Stanford de la prison ainsi que les autres éléments que je rapporte sur mon site aide à démontrer que je suis bel et bien ciblé par les autorités par le biais des médias. Ce que j'affirme concernant les deux textes que je n'avais pas encore placés en ligne est donc tout à fait plausible. (Peu de temps après que j'aie placé ce texte en ligne, Louis Cornellier a encore fait référence à mes idées concernant le classicisme, mais par le biais de la musique, ce que vous pouvez voir ici. Cette chronique est une autre preuve que mon site est surveillé par les médias.)

Donc : Louis Cornellier, les intellectuels québécois, Kevin Parent et les historiens de l'art = CIA (ou peut-être aussi le crime organisé, ou un mélange des deux).



Note 1 :

L'idéal serait de travailler sur un ordinateur portable que j'envelopperais dans du papier d'aluminium avant de sortir de ma chambre Faraday et que je ne connecterais jamais sur Internet. Je ne sais pas si ça fonctionnerais, car, pour des raisons monétaires, je ne l'ai jamais essayé. Des fois, je me dis que c'est peut-être par les ondes émises par l'ordinateur qu'ils accèdent au contenu lorsque je suis dans la chambre Faraday et que 3 couches de papier d'aluminium ne seraient pas suffisantes pour se protéger lorsqu'il y a utilisation de matériel informatique. Je n'ai pas fait tous ces tests.




(Placé en ligne les 14 et 15 février 2019, et quelques ajouts le 2 mars 2019; modifications le 5 avril 2019 et modification mineure le 22 août 2019.)


● Un harceleur qui se prétend harcelé


Depuis que je suis ciblé, chaque fois que je dis que je suis harcelé par des femmes, le chanteur pop Kevin Parent est vu dans les médias en disant qu'il est harcelé par une femme. C'est toujours coordonné avec ce que je dis en privé. Vous pouvez voir dans ce document pdf une preuve que je venais de dire par courriel que certaines femmes me surveillent. (Vous pouvez voir ça à la page 3 du document.) Je m'étais aussi plaint de la même chose dans le passé, lors d'une situation semblable, au sujet d'une femme appartenant au même type de culture que celle de ce chanteur pop. Les autorités l'avaient mise après moi et la défendaient quand je me fâchais contre elle.

Depuis plusieurs années, il harcèle des croyants et c'est pour ça qu'il chante une chanson qui s'appelle Seigneur. Il cible des croyants qui s'éloignent justement des gens comme lui et qui recherchent des meilleures fréquentations. Ils se font alors traquer par un bum, un voyou comme lui, qui leur dit « Seigneur!!! Seigneur!!! ». C'est comme s'il leur disait « Toi aussi tu as des défauts! Tu dois fréquenter les gens comme moi! », ce qui est typique de la mentalité de ce type d'individu qui veulent ramener tout le monde à leur niveau, alors que les gens qu'ils visent sont la plupart du temps des meilleurs individus qu'eux et ne veulent pas de trous d'cul dans leur vie.

Cet individu fait de l'opposition contrôlé et ramène tout à un niveau psychologique inférieur. Les autorités surveillent des cibles et se servent de ce qu'ils trouvent dans leur vie privée pour faire du chantage et chercher à les faire taire ou modifier leur discours. Ils forcent les croyants à évoluer dans un contexte marxiste culturel souvent à tendance bouddhiste pop où le bien et le mal n'existe pas. Cet « artiste » travaille pour les instances internationales, les anglo-américains et leurs alliés, afin de gérer le Québec. Ces gens se servent de ce qu'ils appellent la démocratie afin de disloquer l'infrastructure des nations et des cultures à l'échelle mondiale. Ils se servent de l'opinion publique afin de la retourner contre des cibles, et c'est ce qu'ils appellent la démocratie. C'est pour ça que l'on voit tant de voyous dans les médias, comme Guns N' Roses, Kanye West, ou au Québec Éric Lapointe et Kevin Parent, parmis tant d'autres. C'est souvent fait en lien avec des émissions comme Tout le monde en parle. Ils ciblent de cette façon des gens qui veulent rester à un niveau psychologique plus élevé. Quelque chose de semblable est aussi fait dans les institutions d'enseignement et dans les milieux de travail par le harcèlement en réseau. De toutes façons, pour eux, un niveau psychologique plus élevé, ça ne veut rien dire.

Lorsqu'ils utilisent des gens comme ce chanteur pop, ce qu'ils veulent faire, c'est accuser ceux qui répliquent à tout ça d'avoir fait ceci ou cela dans le passé, même s'il ne l'ont pas réellement fait comme les véritables voyous, puisque ce sont les autorités qui répandent socialement une certaine culture afin de piéger les jeunes en les ciblant. Ces gens fonctionnent toujours par public cible et le ciblage et la surveillance constitue leur principale méthode de contrôle. C'est pour ça que l'on voit tellement de jeunes dont les changements survenant à l'adolescence ont été manipulés en fonction de cette culture. Les autorités les ont ciblés et hameçonnés pour en prendre le contrôle. Ensuite, ils ont le beau jeu de revenir en arrière et de les accuser d'avoir adhéré à ceci ou à cela, même s'ils n'ont jamais adhéré à quoi que ce soit, pour chercher à les faire taire lorsqu'ils se rendent compte de ce qui s'est réellement passé et qu'ils expriment des points de vue dépouillés de cette manipulation. Ils les ont rendu propice au chantage et peuvent s'en servir pendant toute leur vie. Pendant ce temps, la personnalité publique change de comportement et de discours en faisant du mimétisme par rapport à la cible, mais en s'assurant de rester au niveau de la culture de masse marxiste culturelle afin de contrôler le niveau psychologique. C'est pour ça qu'avec ces gens, peu importe ce que l'on a fait et ce que l'on dit, on revient toujours à la case départ. Ils surveillent et cherchent à manipuler des gens comme moi qui ont fait un retour aux études et qui sont maintenant plus instruits. Ils sont préoccupés par leur niveau psychologique et culturel et veulent les ramener en arrière, même si ce que l'ont fait à l'âge adulte était déjà en gestation pendant la jeunesse. On ne change pas tout d'un coup comme ça, comme ils cherchent souvent à le faire croire.

Ils contrôlent aussi les universités pour les mêmes raisons. Ils veulent contrôler le niveau psychologique de ceux qui veulent s'instruire et c'est pour ça qu'ils aiment utiliser le prolétarisme culturel et promouvoir un certain habillement.

Ça fait des années que cet individu harcèle des gens au Québec, pour les raisons que je viens de mentionner. Il me cible depuis le tout début de mon affaire et il a déjà fait croire qu'il lui était arrivé une chose que l'on m'avait faite quand j'étais jeune. Ça paraissait que tout était faux et il pouffait même de rire dans le segment des nouvelles où l'ont parlait de lui, à la radio. Un politicien, qui me cible lui aussi depuis longtemps, avait fait de l'opposition contrôlé en disant qu'il doutait que cette histoire soit véridique.

Chaque fois que quelqu'un au Québec critique l'idéologie culturelle dominante, il se retrouvera avec des individus comme Kevin Parent après lui, ainsi que plusieurs autres personnalités évoluant dans le milieu de la variété québécoise. La même chose se produit partout dans le monde.



(Placé en ligne les 14 et 15 février 2019)


● Harcèlement en réseau dans le milieu de l'histoire de l'art


Puisque que j'ai fait des études en histoire de l'art, j'ai aussi été ciblé depuis le début de toute cette affaire par le milieu de l'art et de l'histoire de l'art, c'est-à-dire par les artistes, les historien(nes) de l'art, ainsi que par les musées.

Je suis ciblé de cette façon parce que j'ai une préférence pour l'art du 16e jusqu'au milieu du 19e s. et que j'ai une façon de penser qui ressemble à celle qui est propre à l'académisme d'autrefois, c'est-à-dire que je hiérarchise les genres et les formes d'art et que je place tout ce qui a été fait depuis la fin du 19e s. dans le bas de la hiérarchie.

Le meilleur exemple que j'ai concernant ces attaques incessantes du milieu de l'art contre la pensée académique d'autrefois est cet article publié dans le journal Le Devoir dans le cadre de mon ciblage. Il a été publié suite à mes études en histoire de l'art.

Nous pouvons constater dans cet article comment ils cherchent à manipuler l'opinion publique en ce qui à trait au débat entre les Anciens et les Modernes, ce débat bien connu en histoire de l'art, où les Anciens sont ceux qui prennent leur inspiration dans l'Antiquité gréco-romaine, et les Modernes, ceux qui se défont de cette influence. Et bien, ce journaliste, avec la participation d'une professeure, font de Caravage un Ancien, alors qu'il est un artiste qui s'oppose à l'idéalisme propre aux peintres classiques. Nicolas Poussin, un Ancien, détestait d'ailleurs Caravage. Dans le texte, nous pouvons aussi constater que le journaliste emploi les termes de « gauche » et de « droite », et qu'il associe la droite à Caravage et la gauche à Warhol. Tout comme en politique, pour citer un terme que ceux qui me surveillent ont utilisé, il s'agit ici d'un réalignement où l'opposition gauche/droite se déplace vers la gauche. Ils font ça pour contredire ce que je pense, parce que moi je place à droite des artistes comme Raphaël et Poussin, alors que Caravage serait plus à gauche. Ils me harcèlent partout pour que je ne puisse pas vivre en fonction de mes idées, et surtout, pour que je ne puisse pas le faire dans un contexte lié à l'art et à la culture*.

La professeure a été utilisée afin de faire passer de telles idées. Elle construit sa rhétorique (probablement pas seule) dans le but de comparer le monde d'aujourd'hui à la Renaissance, car, pour des raisons idéologiques, elle veut que cette époque soit présentée de façon négative au lieu d'être normalement accessible. Dans ce milieu, la Renaissance est souvent attaquée et des artistes comme Caravage et Artémisia Gentileschi sont souvent privilégiées plutôt qu'un artiste comme Raphaël, ou, plus tard, dans le même groupe des Anciens, Nicolas Poussin, car les chercheurs, même s'ils ne veulent pas l'admettre, aiment aligner leurs recherches sur des préoccupations contemporaines et ils orientent leurs étudiants dans cette voie. Tout ça a l'air bienveillant à première vue, mais il y a une manipulation, car l'accès aux « Anciens » est souvent donné par le biais de Caravage. Ce genre d'entourloupe n'a pas court seulement dans les médias, mais aussi dans le milieu de l'histoire de l'art.

Quant au journaliste, voici une preuve qu'il me ciblait pendant mes études. Cet article a été publié alors que je faisais un travail sur le Guggenheim de Bilbao pour un cours à la maîtrise. Vous pouvez voir des numérisations de la présentation de ce travail ici. Ce journaliste me suivait depuis plusieurs mois et a publié un article sur le même sujet. J'ai présenté ce travail le 3 mars 2008, et son article a été publié le 11 mars 2008.

Ces deux articles, celui sur Caravage et celui sur Bilbao, sont des preuves que je suis surveillé par les médias.

Une autre preuve que je suis surveillé par le milieu de l'histoire de l'art sont des expositions présentées au Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa. Lors de mon admission à la maîtrise, les sujets que j'avais présentés ont été rejetés, même s'ils étaient bons, et j'ai dû faire ma maîtrise sur un sujet que je n'ai pas choisi, c'est-à-dire l'influence caravagesque dans l'art de Jacques-Louis David. J'ai une preuve ici que l'un de mes sujets a été refusé. (Concernant un autre sujet qui a été rejeté, ça s'est passé lors d'une conversation que je n'ai pas enregistrée.) Cela dit, ça ne veut pas dire que je n'aimais pas du tout le sujet auquel on m'avait assigné, au contraire, puisque j'aime le classicisme. Les universitaires voulaient cependant que l'accent soit mis davantage sur Caravage que sur David. Ils ont fait pression sur moi en refusant mes sujets et en se servant du fait que j'étais pris dans le temps et que je ne pouvais plus chercher d'autres. Ils voulaient que je m'intéresse à Caravage selon moi pour des raisons idéologiques davantage que pour la nouveauté comme ils le prétendent.

Par la suite, le milieu des musées a programmé deux expositions au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa qui, misent ensemble, constituaient le sujet qui m'avait été imposé : Caravaggio : les peintres caravagesques à Rome en 2011 et Pour l'amour de l'art : artistes et amateurs français à Rome au XVIIIe siècle en 2012. Vous pouvez voir la notice des ces expositions ici et ici. Il s'agit d'une preuve que je suis ciblé par les musées. Quand je vais dans les expositions, je me rends compte que je suis aussi ciblé par le contenu des affiches et par la dispositions et les couleurs des nouvelles salles et de certaines oeuvres. Je suis aussi ciblé de cette façon non seulement au Canada, mais à l'échelle internationale, comme j'ai pu le constater lors de mon passage à Paris. Très souvent, et peut-être même tout le temps, les conservateurs de musées ne sont pas ceux qui gèrent seuls, à l'intérieur de leur institution, la programmation des expositions ainsi que la vente et l'achat des oeuvres. Il semble y avoir une gestion internationale dans la façon dont les sujets sont distribués. Je m'en suis rendu compte en étant ciblé.

Plus récemment, en 2018, j'ai aussi été ciblé dans les médias par le biais de la controverse entourant la vente du Saint Jérôme de Jacques-Louis David que nous avons au Québec.

Toute cette histoire est étrange, et, personnellement, je crois que j'en ai été la cible depuis 2016. Comme je l'avais expliqué dans une vidéo que j'ai placée en ligne le 10 février 2018, que vous pouvez voir ici, un incident à propos d'une photo d'une oeuvre de Jacques-Louis David s'était produit lors de mon voyage à Paris en 2015, c'est-à-dire qu'une image d'un autoportrait de cet artiste avait été placée à distance dans mon I-Pod par les autorités.

La première tentative de vendre cette oeuvre de David a eu lieu en 2016, donc juste après ce voyage, et ce n'est peut-être pas une coïncidence. Ce qui vient appuyer cette affirmation, c'est que le Musée des beaux-arts du Canada a faite une offre d'achat en décembre 2017, juste après que les autorités aient constaté que je ne renouvelais pas ma carte de membre du Musée des beaux-arts de Montréal. J'avais commencé à recevoir des avis de renouvellement, car ma carte arrivait à échéance le 30 novembre 2017. Vous pouvez voir dans cet avis de renouvellement que ma carte arrivait à échéance à cette date.

Il y a donc une coordination entre ce que je fais et les gestes posés par l'establishment. Toute cette histoire concernant la mise en vente du Saint Jérôme de Jacques-Louis David a été orchestrée pour me cibler, car le milieu de l'art, contrôlé par le système de l'establishment, me surveille. À cause de cette vidéo et du non renouvellement de ma carte, ils ont monté cette controverse de toutes pièces par effet de miroir, comme l'explique Nicolas Desurmont. Ils font ce genre d'opération à peu près chaque fois que je prends une décision ou que je change mes habitudes.

Je remet personnellement en question la version selon laquelle ce serait l'Église qui a pris la décision, complètement seule, de mettre en vente l'oeuvre de David, tout comme ce n'est pas le Musée des beaux-arts du Canada qui a pris la décision, complètement seul, de faire une offre d'achat en décembre 2017.

Toute cette histoire a été orchestrée par les hautes instances qui gèrent les communications médiatiques ainsi que le système dans lequel nous évoluons.

Je sais qu'il y a anguille sous roche. Ces gens jouent une game, comme ils disent en anglais, et tout ça se fait sur le dos d'individus ciblés comme moi.

L'« historien de l'art » cité dans cet article, présenté comme un expert, est un individu qui me cible depuis plusieurs années. Je mets les mots « historien de l'art » entre guillemets, parce que je considère que ce qu'il fait n'est par réellement un travail d'historien de l'art, mais plutôt un travail d'agent idéologique culturel.

Il a déjà fait faire une recherche à une jeune femme en se servant du contenu de mes conversations privées. J'avais mentionné un restaurant que j'aimais et ils ont justement fermé ce restaurant parce que j'en avais parlé en privé. Ouvrir ou fermer des entreprises, des commerces et des salles de spectacle en fonction de mes conversations ou de mon comportement est une chose qu'ils font souvent dans le cadre de mon ciblage, et je dois avouer que je trouve ça très imbécile.

Cet « historien de l'art » est un individu pour lequel je n'ai aucun respect. Je dirais même que je le méprise, notamment pour son attitude envers la façon dont l'art du passé devrait être abordé et classifié, et aussi la façon dont il me traite indirectement. Aussi, chaque fois que je vois cet individu parler en public, il attaque l'Église catholique de façon mesquine et malhonnête et il se sert de son statut d'« historien de l'art » pour se donner de la crédibilité, alors que quelqu'un comme lui, censé être allumé, devrait savoir que l'Église catholique n'a pas le contrôle qu'il lui attribue. Ce sont les hautes instances de l'establishment et du système de communication, pour lesquelles lui-même travaille, qui leur dictent leur ligne de pensée, en plus d'avoir infiltré l'Église. Ce n'est pas l'Église catholique qui est au pouvoir et qui me surveille. L'Église catholique a été instrumentalisée parce que l'establishment en a besoin, sinon nous ne verrions jamais le pape dans les médias.

Cet individu ne décide même pas lui-même du contenu de ses interventions, alors je ne vois pas pourquoi je respecterais quelqu'un comme lui. Il est un être insignifiant, en plus d'être mou et complaisant envers les femmes qui correspondent à son idéologie.

Il est aussi possible qu'il soit faux. Je le dis même si je n'en suis pas certain. Son nom fait référence au lauriers de César et à la croix du Christ. Les agents se font souvent donner des faux noms qui ont une signification, ou il a peut-être été choisi pour son nom. Cet individu ne pourrait être qu'un agent de la CIA, c'est-à-dire un faux professeur, qui a été placé là pour organiser la façon dont l'art d'autrefois est abordé. Les lauriers et la croix, c'est lui!!! Écoutez-le!!! Ce n'est pas l'ancienne conception occidentale qui prime!!! Ça fait des années que je suis ciblé par ce gars-là. Il est là pour attaquer, prendre la place et empêcher de parler et de penser ceux qui n'adhèrent pas à sa conception contemporaine des formes d'art. C'est la raison pour laquelle il a un fort penchant pour l'art contemporain. De toutes façons, ce n'est pas lui qui pense à tout ça; il ne fait que d'appliquer le programme de l'establishment et c'est la raison pour laquelle c'est en 1968 qu'il a commencé à s'intéresser à l'histoire de l'art. Il doit y avoir été assigné par les autorités afin d'appliquer un programme à l'intérieur duquel est intégré l'art ancien et par lequel il s'appréhende. Tout ça fait partie du système d'intégration de l'establishment.

Je le soupçonne aussi d'être un athée qu'ils ont assigné au patrimoine afin de neutraliser les idées associées à l'art d'autrefois. Comme les homosexuels, les athées sont minoritaires socialement, mais ils sont placés à des postes clés et il y en a beaucoup qui se cachent. Il accuse l'Église parce que l'establishment est très hypocrite, et que, derrière une façade de tolérance religieuse, ils attaquent les croyances des gens, les forcent à s'intégrer dans la mentalité dominante et font de l'objet religieux un objet patrimonial, ce qui neutralise le fait religieux qui n'est ainsi qu'une histoire du passé. C'est pour ça que l'establishment est toujours enclin à parler de patrimoine : ça élimine le religieux. Cet individu est trop hypocrite pour l'admettre et il se fait bien paraître en parlant des fidèles. Il est plus marxiste culturel que religieux et il est probablement athée. Les croyants sont présentement gérés par de nombreux athées. Cet « historien de l'art » est un agent qui se prétend attaqué par une chimère afin de promouvoir le système des « beaux-arts » de l'establishment actuel et d'attaquer la conception académique d'autrefois qui était plus normale.

Mon problème avec cette situation est d'abord d'ordre académique et politique, puisque que je suis ciblé par l'establishment en grande partie pour avoir voulu étudier l'art occidental du passé, du 16e au 19e siècle, et d'avoir intégré des éléments de cette culture dans mes idées politiques par exaspération par rapport à la façon dont l'art est traité aujourd'hui. Il y a aussi un problème d'ordre spirituel, parce que je suis aussi attaqué pour mes croyances, même si elles ne s'alignent pas à 100% avec celles de la religion catholique. J'ai une psychologie qui est proche de celle des religieux d'autrefois. Mon ciblage a commencé lorsque j'ai parlé sur la tribune téléphonique d'une émission religieuse.



*Ils veulent plutôt que ça se passe dans le commerce de détail, dans ce que nous pourrions appeler l'idéologie « Wal-Mart », alors que je n'ai rien à voir avec ces gens. De plus, identifier ces milieux à la « droite » est discutable, compte tenu de leur position mondialiste sans frontière, interculturaliste métissé, gay, pro marijuana, mais trop hypocrite pour le dire ouvertement (ils placent plutôt des fumeurs de marijuana autour de leurs employés ciblés, de connivence avec le gouvernement, en plaçant comme façade des affiches indiquant que la marijuana est interdite dans l'établissement) et égalitariste à tout vent en prônant l'intégration du religieux. Ils neutralisent plutôt les individus plus conservateurs et les gens religieux de cette façon, en les empêchant de vivre au quotidien selon leurs convictions, en reléguant leurs croyances à la sphère privée et en cachant le fait qu'ils les harcèlent jusqu'à chez-eux par une surveillance constante.



(Placé en ligne les 14 et 15 février 2019, avec modifications les 2, 6 et 7 mars 2019)


● Opération médiatique concernant la surveillance


Le 2 septembre 2016, j'ai contacté par téléphone un journal pour leur demander de cesser leurs activités de surveillance à mon égard. J'ai aussi envoyé une transcription de mon message téléphonique par courriel, que vous pouvez lire ici : consulter

Quelques semaines plus tôt, j'avais aussi contacté un autre journal pour les mêmes raisons. Dans mes communications avec les deux journaux, j'ai mentionné les textes de Nicolas Desurmont.

Le 31 octobre 2016, les médias québécois ont commencé à parler de surveillance et de géolocalisation, mais en disant que ce sont des journalistes qui sont surveillés par la police. Voici des liens vers des articles :


http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201610/31/01-5036058-patrick-lagace-espionne-laffaire-en-sept-temps.php

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/483828/des-journalistes-surveilles-par-la-sq-pendant-cinq-ans

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201611/05/01-5038267-filature-electronique-nouvelle-technique-policiere-plus-precise.php

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/483766/snowden-a-mcgill

Tous les journalistes mentionnés sont des gens que j'ai eus après moi ou qui travaillent pour des émissions dans lesquelles on ne cesse de me cibler.

Même s'il s'est écoulé presque deux mois entre mes contacts avec eux et la sortie dans les médias de cette histoire de surveillance et d'espionnage, je sais qu'il ne s'agit pas d'une coïncidence. Suite à mes appels, ils ont créé cette opération afin de camoufler leur propre comportements envers des civils. Ils veulent avoir l'opinion publique de leur côté en se disant victime de l'espionnage de la police, alors qu'ils sont de connivence avec cette dernière afin d'espionner des gens.

La publication d'un sondage (lien) renforce chez le public l'opinion favorable que les médias désirent obtenir. Ils amènent le public à penser d'une telle façon par la manière dont tout est présenté.

Le vocabulaire qu'ils utilisent prouve qu'il font référence aux textes de Nicolas Desurmont que j'ai mentionné lors de mes contacts avec eux, comme vous avez pu le voir dans la copie du courriel que j'ai placé plus haut. Ils parlent de « géolocalisation », comme Nicolas Desurmont qui mentionne la localisation géographique. Ils parlent aussi de téléphonie mobile et du processus de « triangulation », comme le fait Nicolas Desurmont dans ses textes. Ils omettent cependant de parler du mimétisme et de la réponse en miroir dans les médias. Ils déforment l'affaire en disant être victime de la police alors qu'ils sont de connivence avec elle. Ils transmettent eux-mêmes dans leurs médias des informations qui ont été recueillies par l'espionnage des cibles. Comme je l'ai dis plus haut, tous les journalistes mentionnés depuis que cette histoire est sortie sont des gens que j'ai eus après moi ou qui travaillent pour des émissions dans lesquelles on n'a pas cessé de me cibler et de pratiquer le mimétisme.

Je crois personnellement que toute cette histoire est mise en scène par des éléments corrompus à l'intérieur des médias, de la police et de la classe politique. Que la police admette avoir surveillé des journalistes fait partie de la mise en scène afin d'éviter de dire qu'ils espionnent des civils à des fins politiques, et ce, pendant plusieurs années et même à vie. Ils sortent cette histoire à ce moment précis à cause de mon contact avec eux. De toute façon, à ce niveau de la police, des médias et de la classe politique, ces gens sont de connivence et tout ce qui est dit publiquement est sous contrôle. Les médias, les politiciens et la police de haut niveau sont comme des collègues, alors pourquoi ces journalistes seraient-ils surveillés secrètement par la police de la même façon qu'un simple civil? Il y a un contrôle et probablement aussi une surveillance, mais elle n'a rien à voir avec la surveillance d'un civil à des fins politiques. Tous ces individus fonctionnent en concertation.

Le fait que presque deux mois ce soient écoulés entre mes contacts avec eux et la sortie de cette histoire ne veut absolument rien dire. Je suis habitué à leur affaire. Parfois, il peut se passer quelques jours avant qu'ils ne réagissent, parfois quelques semaines, ou parfois quelques mois. Il peut même arriver qu'ils reviennent avec quelque chose après plusieurs années.

Ils ont tout simplement pris le temps de préparer leur affaire.

Le « lanceur d'alerte », Edward Snowden a même été mêlé à cette histoire (tout est programmé, évidemment). Je disais indirectement sur la page de mon témoignage (dans la section sur les dénonciateurs) qu'il était sortie quelques mois après que j'aie placé mon site en ligne. Je prétends que ce faux lanceur d'alerte a été créé à cause de mon site. Ils me suivent tellement depuis plusieurs années avec toutes sortes d'opérations médiatiques que je sais que c'est ce qu'ils ont fait. Tous les gestes significatifs que je posais en privé étaient suivis d'une opération médiatique. Quand j'ai placé mon site en ligne, ils ont continué à faire la même chose en créant ce faux lanceur d'alerte même s'il existait déjà d'autres sites avant le mien. Ils étaient après moi (et le sont encore) comme des prédateurs. C'est peut-être aussi parce que beaucoup de ces sites ne sont pas réels et ne sont là que pour noyer les cibles réelles. Quand il y en a un qui est réel et qui continue à dénoncer cette situation, ils créent des opérations médiatiques.

Il y en a qui avaient compris que je parlais de Snowden dans ma section sur les dénonciateurs, comme ce site de sceptiques (lien) qui fait un lien vers mon site en anglais www.targetedindividual.net.

Ce n'est pas pour rien que Snowden a cette apparence : il porte des lunettes, il est souvent montré en ne souriant pas (comme sur l'affiche du film) pour faire comme moi qui ne souris pas tous le temps comme vous pouvez le voir sur mon site. Tout ça fait parti du mimétisme, cette pratique dont parle Nicolas Desurmont. Snowden avait aussi une copine assez spéciale, ce qui est une référence à une personne avec laquelle je parlais par messagerie instantanée. Les médias parlaient d'elle ouvertement. Ils ont même créé une personnalité publique au Québec qui porte le même nom que cette femme, bien entendu en déformant tout.

Snowden a fait une présentation par vidéoconférence à l'Université McGill. Comme l'explique Nicolas Desurmont, et comme je l'ai vécu personnellement, les universités sont aussi impliquées dans ces opérations. Toutes les universités le sont et McGill est une université ou des recherches sur le contrôle mentale ont eu lieu avec le Dr. Donald Ewen Cameron. Ici, les drogues ne sont pas utilisées, mais il s'agit bel et bien d'une opération de lavage de cerveau. Lors de la vidéoconférence de Snowden, tout ceux qui étaient présent dans l'auditorium se sont fait laver le cerveau et imposer des informations qui ne sont que partielles, et même fausses dans le cas des journalistes québécois, dans le but de camoufler ce qui se passe réellement depuis plusieurs années. Tout ça est fait avec l'aide des médias qui répandent le tout à grande échelle. Toute la population se retrouve sous contrôle mentale et acceptent des idées qui ne sont pas réelles. Les gens comme moi qui combattent et qui résistent à ça se retrouvent ciblés de façon plus particulière.

Ce n'est pas pour rien que cette histoire qui vient de sortir dans les médias concernant la surveillance se passe au Québec. C'est parce que je suis ciblé et que j'ai contacté les médias. Au lieu de faire leur travail d'enquête et de faire pression pour que la situation réelle de harcèlement en réseau et de surveillance des civils dans leur domicile finissent par se régler, les médias se protègent et camouflent toute cette affaire, ce qui, bien entendu, n'est pas surprenant.



(Ajouté les 6 et 8 novembre 2016, avec quelques ajouts et modifications le 23 décembre 2016)


● Une méthode utilisée par les médias pour camoufler le phénomène des individus ciblés : les électrosensibles


J'ai ajouté il n'y a pas longtemps sur mon site une vidéo et une section dans lesquelles j'explique et je montre comment je me protège avec le papier d'aluminium, et là ils sortent cette femme.

Voici le lien :

http://www.journaldemontreal.com/2016/08/15/frappee-par-la-foudre--elle-devient-electrosensible

Il y a des individus dans les médias qui parlaient de moi comme étant quelqu'un qui a été frappé par la foudre, probablement en faisant référence à Saint Paul sur le chemin de Damas, ce qui est de leur part une distorsion de mon parcours.


Remarquez les similarités entre mon cas et ce qui est écrit dans l'article :


● Ça fait maintenant 10 ans que je suis ciblé, et ils présentent cette femme comme ayant été frappée par la foudre il y a 10 ans.

● Elle a développé un sensibilité aux champs électromagnétiques et doit se protéger avec du papier d'aluminium, comme je dois le faire.

● Dans les statistiques au bas de la page, il est écrit que l'âge moyen pour être frappé par la foudre se situe entre 35 et 45 ans, ce qui correspond exactement au ciblage de ma personne. J'ai commencé à être ciblé à 35 ans, et j'ai aujourd'hui 45 ans.


Toutes ces similarités sont typiques de leur façon de fonctionner avec un message crypté qu'ils insèrent dans les bulletins de nouvelles, une méthode qui est décrite par Nicolas Desurmont.

Et bien entendu, quand l'information passe la barre des médias, même de façon partielle, il y a substitution vers ce que j'appelle une figure idéologique. Encore une fois, c'est une femme qui est ici la victime, alors que les statistiques au bas de l'article disent que les gens qui sont frappés par la foudre sont des hommes 4 fois sur 5. Ils font par exprès pour faire ça, et ça illustre bien la domination du système idéologique de ce qu'ils appellent les minorités.




(Ajouté le 15/08/2016)


● Opération de victimisation de la femme


Voici ce que les « élites » font afin de camoufler ce que je rapporte sur mon site. C'est fait en faisant référence au textes de Nicolas Desurmont qui sont cités par les individus ciblés au sujet des filatures. Bien entendu, dans la réalité des individus ciblés, ça va beaucoup plus loin que ce qui est exprimé ici par le mimétisme :

http://www.tvanouvelles.ca/2016/07/02/julie-snyder-confie-avoir-ete-prise-en-filature

Tout ça est ramené du côté d'une femme, comme les médias le font très souvent (nous pourrions presque dire toujours) quand ils attaquent les hommes. Ils ont créé cette mise en scène où ils montrent en public un homme démoli (l'ex-conjoint de cette femme), alors que la femme se fait éventuellement passer pour la victime d'une filature :

http://www.journaldemontreal.com/2016/05/02/pkp-fera-une-importante-annonce

Sa folle d'ex-conjointe était passée à une émission de variété corrompue où elle parlait des problèmes liés à son couple :

http://www.journaldemontreal.com/2016/05/01/julie-snyder-a-coeur-ouvert-lors-de-son-passage-a-tout-le-monde-en-parle http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/05/04/julie-snyder-tout-le-monde-en-parle-traitement-de-faveur_n_9842852.html

Ça ne donne rien d'élaborer ici sur tout ça. Ce n'est que de la frime et ils arrangeront tout pour se donner raison dans les divers médias en prenant une posture par rapport au comportement et aux paroles de la cible et en parlant avec assurance, parfois de façon autoritaire et agressive, en ignorants intentionnellement les éléments qui feraient comprendre au public ce qui se passe réellement. La question que nous pourrions nous poser, c'est que faisait cet homme riche avec une telle insignifiante, et pourquoi a-t-il démissionné juste pour ça? Il s'est fait caser pour ses apparitions publiques et tout ça était arrangé.

J'ai les indépendantistes (entre autres, mais eux plus que les autres au Québec) après moi comme ça avec toutes sortes d'affaires. Il y avait aussi eu cette fusillade qui s'était produite alors que je venais de passer devant l'édifice où un parti politique se réunissait pour la soirée des élections. J'avais regardé l'édifice où l'on voyait les préparatifs (j'y passais par hasard) et j'avais un peu d'agressivité et d'aversion en moi, car je n'aime pas ce parti politique (je crois personnellement qu'il n'est pas réel). Ces gens observent la cible, lisent les pensées et font des mises en scènes. Ici, cette pauvre femme aurait été victime d'un homme parce qu'elle a été élue. Ils me font aussi passer pour un anglophone par le biais du tireur parce que je n'appuie pas le mouvement indépendantiste, en plus de faire passer l'homme pour un fou qui attaque la femme, et non l'inverse. Voici le lien :

http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2012/2012/09/05/001-pauline-discours-interrompu.shtml

Il y a aussi ce trou de cul, probablement aussi malade sexuel comme beaucoup de psychiatres, qui reprend ce que je dis sur mon site en parlant de mise en scène :

http://www.mondedestars.com/nouvelles/le-doc-mailloux-seme-la-controverse-avec-ses-propos-sur-la-demission-de-pkp


Tous ces individus sont de connivence dans le système de communication afin de manipuler le grand public.




(Ajouté le 15/08/2016)


● La honte canadienne


Quand je regarde cet individu, le « premier ministre » du Canada, j'ai l'impression de voir quelqu'un qui est là par intérim en attendant que le vrai chef d'État arrive. Il a plutôt l'air d'un leader d'une association étudiante. Il a le même âge que moi, mais chaque fois que je le regarde, j'ai l'impression d'avoir affaire à quelqu'un qui est plus jeune que moi, je dirais même un adolescent attardé et un délinquant juvénile qui cherche à jouer le rôle de premier ministre. Au fond, il est représentatif du niveau psychologique qui est imposé à tout le monde par les médias et le système d'éducation.

Depuis le jour 1 de son élection, avec sa légalisation de la marijuana et son tatouage, je crois que cet individu est le pire « premier ministre » de l'histoire canadienne.

Cet individu s'adonne aussi à l'imitation. Ça fait 10 ans que j'ai ce gars après moi. Bien entendu, il fait ça en faisant passer des idées opposées aux miennes. Voici des liens vers un article, une vidéo et une caricature qui sont véhiculés par le système de communication afin de diffuser des comportements mimétiques :


http://fr.canoe.ca/hommes/culture/archives/2016/02/20160208-101508.html

https://www.youtube.com/watch?v=3BVN5QzzaLI

https://www.google.ca/


(Ajouté le 15/08/2016)


● Le journal que j'ai contacté quand toute mon histoire d'individu ciblé a commencé fait référence à la transmission de données par ondes cérébrales.


Ils en parlent par le biais de l'humour et du poisson d'avril. Tout comme les romans et les films, l'humour leur permet de parler d'un tel sujet sans que le public ne le prenne au sérieux. Il peuvent ainsi continuer à tout camoufler. Ils ont publié ce faux article parce que je suis surveillé et que j'en parle sur un site.


http://www.ledevoir.com/societe/medias/467060/des-nouvelles-en-format-telepathique


(Ajouté le 03/04/2016)


● Un trous de cul fait semblant de partager les mêmes idées que moi alors qu'il contribue en fait à faire avancer ce que je dénonce. L'article est écrit par un journaliste et animateur tout aussi trou de cul :


http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2016/02/19/003-gregory-charles-franco-nuovo.shtml

Remarquez dans cet article comment il mentionne que la mère du trou de cul « a choisi d'être une caporale en chef autoritaire », ce qui fait référence à ce que j'ai dit plus bas concernant la Princesse Leia que l'on doit appeler générale (voir « Une professeure et écrivaine prétend qu'aucun domaine du milieu culturel n'est dominé par des femmes et exige la « parité » mur à mur »).

L'article fait aussi référence à Martin Luther King. Depuis que je suis ciblé, j'ai des doutes concernant ce genre d'individus. J'en ai parlé dans ma vidéo sur les tueries où j'ai dit que les autorités faisaient souvent des opérations concernant les personnes de race noire. Personnellement, je ne crois pas en l'authenticité de Martin Luther King, et je ne suis pas le seul.

Tout est arrangé pour faire passer ceux qui critiquent ce genre d'opérations pour des racistes haineux. Il y a aussi de l'espionnage de tout ce que je dis et ce que je fais qui a été utilisé pour la rédaction de l'article dans le but de manipuler et de harceler.



(Ajouté le 21/02/2016)


● Une controverse montée de toute pièce en réaction à mes propos tenus sur cette page concernant les producteurs cinématographiques :


Un peu plus bas sur cette page (voir « Une professeure et écrivaine prétend qu'aucun domaine du milieu culturel n'est dominé par des femmes et exige la « parité » mur à mur »), j'avais écris en faisant référence à George Lucas que les producteurs d'Hollywood semblaient présentement ciblés. Depuis un certains temps, j'avais remarqué que le milieu du cinéma était ciblé par des revendications féministes. Ça se poursuit encore, comme vous pouvez le voir avec ce lien :


http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2016/02/17/001-helene-david-claude-jutra-gala-trophee-pedophilie.shtml

Peu importe ce qui se passera par la suite (il peuvent modifier leur stratégie à cause de ce que j'écris) ils attaquent ce cinéaste parce qu'il est de sexe masculin. Je ne défends pas ce qu'on l'accuse d'avoir fait (homosexualité avec des mineurs), mais je crois que tout ça était connus depuis très longtemps et qu'il est loin d'être le seul parmi les personnalités publiques. Il font cette opération parce que le milieu du cinéma est présentement ciblé. Pendant ce temps, ce qu'on l'accuse d'avoir fait se poursuivra au vu et au su des « élites », ces derniers portant des accusations de façon sélective quand ils veulent faire avancer leur calendrier.


Avec les deux prochains liens, vous pouvez voir comment cette opération est gérée. Ces deux personnes sont en fait des agents du système dominant mettant en application la stratégie de l'opposition contrôlée. Des féministes et des représentantes de l'idéologie des subventions se portent à la défense de l'homme attaqué, ce qui contribue donc à faire avancer le féminisme et la gestion actuelle des subventions en parlant à la place de ceux qui critiquent véritablement le système en place.


http://www.ledevoir.com/politique/quebec/463372/claude-jutra-etait-mon-ami

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2016/02/19/004-jutra-chloe-sainte-marie-conservation-nom-prix.shtml

Avec le prochain lien, vous pouvez voir comment un autre agent du système fait semblant de trouver étrange l'article de Lise Payette. Tout ça fait parti de l'opération et c'est fait par des gens qui travaillent tous pour la même entité et pour le même but, sachant très bien ce qui se passe :


http://www.journaldemontreal.com/2016/02/20/ladmiration-rend-elle-aveugle

C'est inutile de développer à propos de ce qu'ils vont faire par la suite, car comme je l'ai mentionné, ils se positionnent de façon stratégique par rapport à ce que je dis et ils s'ajusteront au fur et à mesure.


Concernant les gens qui parlent de déséquilibre criant au détriment des femmes dans le milieu culturel (comme l'a fait cette professeure que j'ai citée plus bas sur cette page), vous pouvez constater en suivant ce lien comment ce qu'elle dit est malhonnête, alors que les femmes sont très clairement majoritaire chez Québec Cinéma, l'organisme qui décerne les prix pour le cinéma québécois. Je pourrais donner beaucoup d'autres exemples comme celui-là, et je l'ai aussi personnellement observé dans divers milieux au cours de ma vie :

http://www.quebeccinema.ca/a-propos/equipe


(Ajouté le 21/02/2016)


● Un groupe rock adhère à la version véhiculée par les médias concernant les attentats de Paris :

Avec leurs tatouages et leurs allures de rebelles, Ian Astbury et Billy Duffy du groupe The Cult démontrent comment il sont en fait à genoux devant le pouvoir en place en s'alignant sur la même rhétorique et en parlant comme si tout s'était passé de la façon dont les médias l'ont rapporté. Ian Astbury a raison en disant qu'il s'agit d'une attaque contre la culture, mais pas dans le sens qu'il le dit : il s'agit d'une attaque anglo-américaine contre un pays qui symbolise la culture par rapport à la vulgarité et à la grossièreté des Américains. Il n'y a absolument rien de francophile dans tout cela. Cette article est tiré du magazine Les Inrockuptibles que j'avais mentionnée sur mon site. J'explique tout ça sur la page de mon site dédiée aux tueries (dans la section sur les attentats de Paris). Voici le lien vers l'article :

http://www.lesinrocks.com/2016/01/12/musique/the-cult-sort-un-morceau-en-hommage-à-charlie-hebdo-une-attaque-contre-la-culture-11797396/


(Ajouté le 21/02/2016)


● Des chroniqueurs s'en prennent encore aux religions et aux autres cultures pendant qu'un imbécile prétend que c'est le contraire qui se passe :

Je place ici des liens concernant la controverse entourant le passage à Rome du président iranien Hassan Rohani. Bien entendu, il s'agit encore une fois d'une opération psychologique. Ce type d'opérations se produiront jusqu'à ce que, petit à petit, les arabes nous ressemblent et se retrouvent complètement encapsulés comme nous dans le système totalitaire planétaire, avec des valeurs semblables à celles de nos sociétés. Voici deux chroniques à ce sujet :


http://www.journaldemontreal.com/2016/01/27/a-rome-fous-toi-des-romains
http://www.journaldemontreal.com/2016/01/30/loccident-a-quatre-pattes

Le président iranien (qui est de connivence) y est présenté comme quelqu'un qui est incapable de supporté de voir des nus dans un style classique, ces derniers ayant donc été recouverts alors que lui-même prétend n'avoir jamais demandé de telles mesures. Cette dernière information est omise par les deux chroniqueurs cités ci-haut. Selon certains articles, les italiens prétendent que la délégation iranienne aurait fait cette demande. Je crois personnellement que ces gens mentent et que, de toutes façons, tout ça fait partie de la mise en scène. Voici un article qui démontre que la délégation iranienne aurait fait cette demande, ce qui a été par la suite contredit par le président:


http://www.europe1.fr/international/venus-couvertes-au-musee-du-capitole-rohani-na-rien-demande-a-litalie-2657779

Pendant ce temps, une journaliste explique ce qui se passe réellement en Iran. Je crois que ce n'est pas un hasard que ce magazine ait demandé à une femme de rectifier le tir. Tout ça fait partie de l'opération. Ils la font parler à la place des hommes qui savent. Voici le lien vers cet article :


http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160127.OBS3509/le-president-rohani-les-statues-et-la-consternante-autocensure-a-l-italienne.html

Quand aux deux chroniqueurs, il n'y a pas grand-chose à espérer de la part de qui que ce soit pour mettre ces deux trous de cul dehors des médias.

Toute cette opération fait des liens directs avec les idées exprimées sur mon site. C'était comme ça même avant que je ne sois en ligne avec mon site. Vous pouvez vérifier dans la section Textes et idées où j'ai justement parlé de classicisme, de nu en art et d'alcool dans une liste énumérant certaines de mes idées.

De toute façon, les statues et les peintures montrant des nus dans un style classique n'ont pas du tout le même effet qu'une personne réellement nue ou qu'une photo d'une personne nue. Ces gens sont des cons. Tout ça fait partie du niaisage des « élites » avec la sexualité et la politique. Il y a même des universitaires qui font ça, je l'ai vu à l'université. Toute représentation du nu en art peut être placée par certaines d'entres elles (et eux) sur le même niveau que la pornographie.


Par ailleurs, un universitaire insignifiant prétend que les religions ne sont pas attaquées et que le matérialisme s'érode. Quel imbécile! Voici le lien :


http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/461624/une-solution-aux-guerres-ideologiques


(Ajouté le 31/01/2016)


● Une professeure et écrivaine prétend qu'aucun domaine du milieu culturel n'est dominé par des femmes et exige la « parité » mur à mur :


http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/461617/sexisme-a-quand-la-parite-culturelle

C'est toujours fait de la même façon, avec ce que j'appelles des figures idéologiques, ici avec une photo d'une femme de race noire (et, encore une fois, je ne déteste pas les noirs).

Voici une phrase très significative de la pensée tordue de cette femme :

« Dans tous les domaines, nous avons affaire à une discrimination systémique, établie de longue date et si enracinée qu'elle est presque invisible. »

Ce qu'elle veut en fait, c'est que le climat idéologique qui règne partout dans le système subventionné (et même aussi beaucoup dans le secteur privé) domine socialement mur à mur dans toutes les sphères. Ce que cette femme demande correspond exactement à ce que les « élites » veulent faire et c'est justement la raison pour laquelle elle a écrit ce texte. Elle ne fait pas ça de son propre chef. C'est fait en concertation à l'international. Chaque fois que je tiens de tels propos, les « élites » m'attaquent. Voilà pourquoi je comprends ce que les « élites » veulent faire.

Que fait-elle de la domination de Denise Filiatrault, qui a constamment été promue par Radio-Canada? Que fait-elle des auteures comme Lise Payette, Denise Bombardier, Chrystine Brouillet et Fabienne Larouche? Que fait-elle de toutes ces chanteuses comme Diane Dufresne et compagnie? Que fait-elle de toutes ces actrices qui jouent des rôles de premier plan? Il y en a à la tonne, bien qu'il reste toujours un élément féminin et naturel dans ce qu'elles font parce qu'elles sont des femmes.

Comme rôle de premier plan, nous pouvons mentionner le film Star Wars dont j'ai entendu parlé et que je n'irai jamais voir (en partie parce que la série a été achetée par les manipulateurs de Walt Disney) et le rôle de la princesse Leia que nous ne pouvons plus appeler « princesse » parce qu'elle devient une stratégiste militaire. Nous devons donc l'appeler générale.

Que fait-elle des Cindy Sherman et compagnie? Il y a des femmes artistes à la tonne dans le milieu de l'art contemporain et plusieurs dans les musées. (Dernièrement, j'ai vu des œuvres de Lilias Torrance Newton et de plusieurs autres femmes au Musée des beaux-arts de Montréal. Il y a aussi une expositions intitulées Elles aujourd'hui où les œuvres de six artistes contemporaines sont exposées, en plus de toutes les chroniqueuses culturelles que nous voyons et entendons dans les médias.) Les formations en art et en histoire de l'art sont dominées par des femmes. Il y a des historiennes à la tonne. Ce n'est qu'une question de temps avant que le travail ne soit terminée.

Que fait-elle de toutes les opérations de propagande avec des folles psychologiquement incompétentes comme Janette Bertrand?

Cette professeure remet aussi en question la notion d'œuvre universelle, ce qui est exactement ce qu'il ne faut pas faire. Le but de ce genre de femme et de remplacer tout ça par des œuvres comme celles de Paul-Émile Borduas et de Cindy Sherman, ainsi que leur équivalent dans d'autres disciplines, et ce, non seulement de façon internationale, mais bien planétaire. Cette femme est représentative de ces individus qui évoluent présentement dans le milieu de la culture mais qui en fait détestent la culture. Ils font plutôt figure d'agents idéologiques. Et puis, même si elle ne veut pas l'avouer, le genre de mesures qu'elle propose sont synonymes de quotas et de discrimination positive. Ce qu'elle camoufle aussi avec son discours sur le manque de « parité » dont les femmes seraient victimes, c'est que, socialement, plusieurs domaines sont dominés par des femmes.

Au niveau du grand public, j'ai passé ma vie entouré de femmes qui gagnent autant d'argent que moi ou plus que moi. Si je veux aller travailler dans les domaines pour lesquelles je suis diplômé (histoire de l'art et documentation, ou j'étais entouré de femmes à 95%), j'ai plus de chance de me retrouver avec une femme comme patron plutôt qu'un homme. Si je me cherche un avocat, je ne peux pas non plus, sans subir de résistance, demander un homme afin de chercher à empêcher le jeu politique qui se joue à ce niveau. Tout le secteur du droit est dominé par des femmes, ce qui n'est tout de même pas anodin dans une société.

Si l'on sort du domaine culturel, voici des statistiques concernant les femmes sur le marché du travail, où vous verrez que des milieux comme le droit, la médecine, la pharmacie, la gestion, les sciences sociales, l'enseignement et l'administration publique sont dominées par des femmes. De plus, chez les générations plus jeunes, les femmes sont plus nombreuses à faire des études post-secondaire :


http://www.ledevoir.com/non-classe/120640/feminisation-des-professions-deja-71-des-medecins-de-famille-sont-des-femmes

http://www.statcan.gc.ca/pub/81-004-x/2010001/article/11151-fra.htm

Ce n'est pas surprenant que les femmes soient plus nombreuses à faire des études post-secondaire, avec toutes les pressions, la propagande, le climat sociale alimenté par les médias, le féminisme des mères de famille que le système a éduquées ainsi, la domination des femmes sur le plan légal et la distribution idéologique des subventions. Pendant ce temps, la proportion d'hommes ayant complétés des études post-secondaire continue de diminuer et la proportion de femmes continue à augmenter, ces dernières se retrouvant socialement en position de contrôle.

Mais tout ça ne va pas encore assez loin pour elle. Les femmes sont des femmes et malgré les pressions et le contrôle psychologique, ça n'avance pas assez vite à son goût. Cette professeure participe donc à des opérations pour finir le travail. Certains domaines où de toute façon à peu près personne n'a accès, qu'ils soient hommes ou femmes, sont présentement ciblés, par exemple les producteurs d'Hollywood. J'ai l'impression que George Lucas s'est fait arracher son affaire (où qu'il acte par mimétisme conscient le rôle de l'homme qui se fait socialement arracher ses affaires). Des agents idéologiques comme cette professeure feront ce type de sortie jusqu'à ce que le travail des psychopathes masculins minoritaires soit aussi fait par des femmes psychopathes et délinquantes, ce qui est d'ailleurs déjà en cours.



(Ajouté le 31/01/2016)


● Décès d'un agent d'instauration d'un totalitarisme international :


http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/459201/marcel-barbeau-s-eteint-a-l-age-de-90-ans


(Ajouté le 08/01/2016, modifié le 10/01/2016)


● Un lien vers un article concernant la mutation de la station Québécoise Radio Classique. Un noir a été choisi pour acheter cette station qui se consacrait à l'art de la culture blanche.


C'est fait afin de « casser » cette station, de la mettre au pas afin qu'elle soit au diapason avec la mentalité dominante. Ils veulent forcer les gens à écouter autre chose lorsqu'ils choisissent d'écouter cette station, même s'ils l'ont syntonisée afin d'écouter du classique. Les médias aiment amener les gens à « pitonner », à changer de poste. « Change de poste si t'es pas content! ». Ce qu'ils ne disent pas, c'est que tous les médias sont de connivence afin de faire régner l'idéologie dominante.

C'est aussi fait à des fins égalitaristes. « La pop, le jazz, le classique, c'est égal! »

Le tout enrobé d'un beau discours pour que ça passe bien et donner l'impression que tout ça est innocent. Voici le lien :


http://www.ledevoir.com/societe/medias/453463/bernard-derome-sera-morning-man-au-99-5-fm


(Ajouté le 27/11/2015)


● Une personnalité publique très en vue, la chanteuse pop Rihanna, utilise l'art contemporain afin d'attaquer la normalité du tissu social, en prenant les jeunes pour cible.


Elle présente ici la pochette de son nouvel album avec un de ses collègues, qui, tout comme elle, est au service des « élites ». Voici les liens, un en français et un en anglais :

www.virginradio.fr/rihanna-anti-toutes-les-infos-sur-son-nouvel-album-a460943.html

www.vanityfair.com/hollywood/2015/10/rihanna-anti-cover-album-art-r8-roy-nachum


Selon un article, qui, curieusement, n'est plus disponible depuis que je l'ai consulté, l'œuvre de l'artiste représente l'aveuglément de l'homme causé par le désir et les valeurs déplacées, ce qui est aussi expliqué sur Wikipédia : en.wikipedia.org/wiki/Roy_Nachum. Tout ça est risible venant de la part de gens (ces agents et les « élites » pour lesquelles ils travaillent), qui, justement, ne font que de faire la promotion des valeurs déplacées et du désir et cherchent à inciter les gens à faire le contraire de ce sur quoi l'œuvre prétend vouloir faire réfléchir. Ils font ainsi avancer leur plan en donnant une impression de bienveillance, car il continueront par ailleurs à manipuler. Tout ça n'est qu'une partie d'une opération de mind control plus large et se déployant à long terme.

Cette chanteuse fait très souvent la promotion de la drogue, des tattoos, du hip hop et des relations multiples avec hommes ou femmes. Pour se défendre, elle prétend être victime de rumeurs qui ne serait pas rependues sciemment par son entourage, ce en quoi je ne crois pas. C'est fait de façon volontaire de leur part. De toute façon, il n'y a pas que des rumeurs, car tout ça est observable dans ses spectacles, ses vidéos et ses photos qu'elle place en ligne. Il ne s'agit que d'un mode de gestion qui leur permet de se donner une marge de manœuvre par la suite. Voyez comment elle s'explique dans l'article suivant (en anglais) :

www.mirror.co.uk/3am/celebrity-news/rihanna-admits-biggest-fear-being-6618909


Il y a aussi son ami, l'insignifiant-crétin-délinquant Kanye West et son fils. Tous les deux seraient Jésus-Christ :



www.staragora.com/news/kanye-west-se-prend-pour-jesus-et-marche-sur-l-eau-en-armenie/510435

www.voici.fr/news-people/actu-people/kim-kardashian-son-fils-devrait-naitre-le-25-decembre-comme-jesus-571317



Tout ça fait partie d'une stratégie à long terme contre la culture occidentale par les marxistes internationaux.




(Ajoutée le 12/10/2015 et 30/10/2015)


● L'insignifiant Bono rencontre les chefs des principaux partis politiques canadiens :


www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201506/12/01-4877652-bono-rencontrera-stephen-harper-thomas-mulcair-et-justin-trudeau-lundi.php

Un article intéressant sur sa fondation (en anglais) :

www.dailymail.co.uk/news/article-1314543/Bonos-ONE-foundation-giving-tiny-percentage-funds-charity.html


(Ajouté le 12/10/2015)


● Politiciens et journalistes incitent aux attaques contre des groupes sociaux pour leurs croyances religieuses.


Une autre façon d'attaquer le tissu social. Tout ça n'est qu'une autre de leurs opérations et ils font par exprès. Voici les liens :


www.journaldemontreal.com/2015/08/22/loi-59-aux-poubelles

plus.lapresse.ca/screens/06f58ff9-fc48-4fb8-b1d7-71e4198d5985|_0.html

ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/08/28/001-couillard-replique-imam-moquer-region-projet-loi-discours-haineux-liberte-expression.shtml


(Ajouté le 12/10/2015)






© 2015-2019



Accueil     À propos     Témoignage     Documents et preuves     Tueries     Vidéos     Textes et idées     Hyperliens     Mises à jour     English