Accueil     À propos     Témoignage     Documents et preuves     Tueries     Vidéos     Actualités et médias     Textes et idées     Hyperliens     Mises à jour     English


Contrôle mental





Cette page de mon site est dédiée au contrôle mental. J'aborde ce phénomène en le mettant en rapport avec mon cas d'individu ciblé.



CETTE PAGE EST EN COURS DE DÉVELOPPEMENT


VOIR LA NOTE EN BAS DE PAGE* POUR CONNAITRE LA RAISON POUR LAQUELLE JE PLACE CES TEXTES SUR MON SITE MAINTENANT MÊME SI JE N'AI PAS TERMINÉ






Contenu de cette page :


La nature de la tentative de contrôle mental perpétrée contre moi

            -Comment ont-ils tenté de faire ça?

Différentes méthodes utilisées par les autorités à des fins de contrôle mental

            -Extraits du livre L'homme programmé : les nouvelles armes des manipulateurs de cerveau

                        -Description du programme chinois de lavage de cerveau

                        -Neuf processus liés au lavage de cerveau selon Albert Somit

   Les programmes américains de contrôle mental

   Un livre sur la manipulation : Les dix facettes de la manipulation





Depuis que je suis ciblé, toutes sortes de méthodes ont été utilisées contre moi afin d'essayer de me convertir sur le plan idéologique.

Lorsqu'un individu est surveillé à distance, des méthodes semblables à celles qui ont été rapportées comme ayant été utilisées dans les prisons chinoises, soviétiques et américaines sont utilisées de façon plus soft sur cette cible, ainsi qu'à divers degrés d'intensité sur l'ensemble de la population. Ces méthodes sont utilisées par le biais des médias et par des tactiques de harcèlement en réseau partout où va l'individu ciblé : milieux de travail, système d'éducation, sorties, etc. Ils font pression sur une personne qui a des points de vu et un comportement différents dans le but de la faire réintégrer les rangs.

Le fonctionnement de base du contrôle mental consiste à briser la personnalité d'un individu et à la remodeler selon l'idéologie dominante. Un animateur de radio qui me cible depuis plusieurs années a déjà dis à mon sujet « Il va falloir qu'il se rebâtisse une personnalité », alors qu'il a utilisé dans ses émissions, de connivence avec l'ensemble des médias internationaux et des milieux de travail, des méthodes agressives afin de tenter de briser ma personnalité. Ça n'a pas fonctionné. Au contraire, ma personnalité et mes points de vu se sont renforçient. Je ne prétends pas que les méthodes utilisées contre moi ne m'ont jamais affectées; elles ont provoqué chez moi de la colère, de l'aggressivité et de la fatigue mentale. Je n'ai cependant jamais modifié ma ligne de pensée à cause de ceux qui me surveillent.


La nature de la tentative de contrôle mental perpétrée contre moi

Ce qui a été fait contre moi est en lien avec l'expression de mes points de vu politiques et artistiques, non seulement à propos de ce que j'ai dit publiquement, mais aussi de ce que j'ai dit en privé, car, comme je l'explique sur d'autres pages de ce site, toutes mes conversations sont espionnées.

Mes idées sont plutôt conservatrices, même dans certains cas très conservatrices. Ce qu'ils ont essayé de faire, c'est de me rendre plus ouvert à tous les changements sociaux qu'ils veulent faire. Ils veulent aussi essayer de me rendre moins sérieux, plus expressif et plus sociable avec la population qu'ils ont programmée à l'aide de leurs médias et du système d'éducation. Ils n'aiment pas que je me tienne à l'écart de tout ça, à l'abri des pressions sociales. Ils veulent que je change.

Ils ont beaucoup utilisé la sexualité et les femmes afin d'essayer de me briser. Ils veulent que je m'amuse avec une femme au lieu de rester sérieux. Ils cherchent aussi à m'éloigner de ma spiritualité et de mes croyances. Ils veulent que je mette de l'eau dans mon vin, que j'adhère a un consensus avec une femme et des « amis ». Pour ce faire, ils entrent dans mes affaires par derrière en cherchant à trouver des éléments liés aux femmes et à la sexualité afin de me faire une forme de chantage. Ils veulent que je me sente coupable et que je perde mes points de vu. Ils veulent que je lâche mes valeurs et mes idées et que j'aille plus loin sexuellement que ce qui n'a été fait en réalité. C'est quelque chose qui s'apparente à ce que certains appellent la programmation Monarch, mais c'est fait à distance sur moi par le biais des médias et par des gang stalkers qui sont placés autour de moi. Cependant, ça ne fonctionne pas. Au contraire, ça me stimule à me perfectionner. Par exemple, je crois aux vertus de l'abstinence sexuelle, j'aime vivre l'abstinence sexuelle et je continue à le faire. Tout ça est en rapport avec mes croyances.

Certains individus malveillants, afin de me cibler, ont prétendu que ce n'est pas vrai que ceux qui me surveillent ne veulent pas que je vive l'abstinence sexuelle pour des raisons religieuses et spirituelles et qu'ils veulent en fait m'empêcher d'avoir des relations sexuelles. Cette affirmation n'est qu'une demi-vérité. Ce qu'ils ne veulent pas, c'est que ça se fasse de façon normale. Ils veulent me harceler avec ça, ils veulent me regarder le faire, il veulent m'analyser, ils veulent me donner du feedback par le biais des personnalités publiques et ils veulent me placer avec des gens avec qui je ne vais pas parce qu'ils veulent me briser psychologiquement, intellectuellement et spirituellement.

Il y a plusieurs choses qu'ils ne veulent pas que je fasse:

1. Que je vive l'abstinence sexuelle.
2. Que je vive complètement seul en appréciant la solitude par choix ou sans relations imposées par eux.
3. Que j'aie une relation avec une femme sans qu'il y aie de relations sexuelles.
4. S'il y a de la sexualité, ils ne veulent pas que ce soit avec une femme avec laquelle j'aurais une entente réelle sur le plan psychologique, intellectuel et spirituel, sans être obligé de m'aligner sur la culture dominante qu'ils propagent.
5. Que ça se passe seul avec une femme sans qu'une foule d'étrangers le sachent. Il faut que j'en « parle » avec eux, du moins virtuellement, et il faut que toutes sortes de gang stalkers et de personnalités publiques y soient mêlés. C'est du contrôle mental, il veulent me ramener au niveau de la culture de masse médiatisée, comme ce que l'on voit dans les médias concernant la sexualité. C'est aussi prescriptif.

Tout ça est toujours accompagné de toutes sortes de remarques sur le corps des femmes avec lesquelles j'ai des contacts. Ils cherchent aussi constamment à savoir si j'ai regardé une femme, ce qui est repris dans le cadre de toutes sortes de controverses truquées et médiatisées concernant le harcèlement envers les femmes.

Une autre chose qui les préoccupe beaucoup, ce sont mes idées sur l'art et la culture. Ils n'aiment pas la façon dont j'organise hiérarchiquement les formes d'art et les types de cultures. C'est lié à leur promotion du marxisme culturel. Je place la culture et les formes d'art anciennes développées par l'aristocratie et la bourgeoisie d'autrefois dans le haut de le hiérarchie, tandis que je place la culture populaire, l'art dit actuel et contemporain ainsi que l'utilisation des technologies et de l'audiovisuel en art dans le bas de la hiérarchie. Ils cherchent à briser chez moi cette façon de penser. Ils veulent me diriger vers une conception de l'art où tout serait « égal » avec un fort penchant pour la culture populaire et le prolétarisme culturel.

La même chose est faite en ce qui concerne mon appréciation des gens qui m'entourent. Ils ne veulent pas que je hiérarchise mentalement les différents types d'individus en plaçant les gens bien et les gentleman* dans le haut de la hiérarchie, tandis que les voyous, les délinquant(es), les putains et les salopes se retrouvent dans le bas de la hiérarchie. De toutes façon, pour eux, le haut, le bas, le bien et le mal n'existent pas. Il faut que tout soit « égal » avec un fort penchant pour la fréquentation des divers degrés de délinquants qu'ils placent autour de moi dans les milieux de travail.

Tout au long de mon ciblage, ils ont cherché à faire prédominer chez moi la culture populaire, le rock, le sport professionnel, etc. Ils n'apprécient pas le travail que je fais sur moi afin de me détacher de tout ça. Ils n'aiment pas que je sois allé à l'université pour étudier l'art d'autrefois et que ce soit imprégné dans mon psychisme et intégrée dans mes idées politiques. Ils ne veulent pas que je dénonce la domination de la culture populaire dans nos sociétés en pensant qu'une éducation différentes et des médias différents pourraient changer tout ça.

Une des façons dont ils font pression sur moi, c'est par le biais de la musique heavy metal parce que j'en ai déjà écouté au cours de ma vie. Ils cherchent à me ramener dans ça en faisant pression par le biais des médias et du milieu du divertissement. Ils ont aussi placé des gars de heavy metal dans mes milieux de travail et sur Internet. Ces gens me ciblent et font référence à ma vie privée. Les autorités n'aiment pas quand je reste straight, sérieux et plus intello. Ils veulent me sortir de ça. Ils me font aussi la même chose par le biais des chanteuses pop, ce que certains appellent les Illuminati puppets, même si je ne les avais jamais écoutés avant d'être ciblé, sauf peut-être quelques-unes dont je ne savais pas à l'époque qu'elles faisaient partie du même groupe.

De plus, ils n'aiment pas mon côté distant en société. Ils détestent ma recherche de solitude qui est en lien avec ma spiritualité. Mon célibat les dérange beaucoup. Ils n'aiment pas quand quelqu'un cherche à rester à l'écart de leur matrice de contrôle.


Comment ont-ils tenté de faire ça?

Tout ça s'est fait à distance sans jamais entrer en contact avec moi. Tout ce que je dis, tous ce que j'écris et tout ce que je fais est espionné peu importe où je suis, même chez moi. Toutes mes relations interpersonnelles ont été scrutées à la loupe. Le contenu de cette surveillance est ensuite redistribué à une foule de personnalités publiques qui reprennent ça à leur compte, mais en le ramenant la plupart du temps dans le contexte idéologique du système dominant. Cette façon de faire leur permet de s'accorder le crédit de tout ce que fait la cible et de maintenir leur idéologie au pouvoir. Il brûle l'individu ciblé en faisant pression sur lui afin de chercher à le forcer à réintégrer les rangs. Ils ne veulent pas d'opposants politiques.

Il y a aussi des informateurs et des gang stalkers qui sont placés autour de moi partout où je vais, hommes ou femmes, qui font du harcèlement et qui véhiculent des informations personnelles à mon sujet.

Tous ces individus font pression sur moi et toutes sortes de situations sont créées afin d'essayer de modifier mon comportement.



Haut




Différentes méthodes utilisées par les autorités à des fins de contrôle mental

Je présente ici certaines de ces méthodes car je crois qu'elles sont utilisées dans nos sociétés, à distance et dans une version plus soft, sur la population civile et plus particulièrement sur des cibles politiques. Tout ça est fait sans incarcération réelle, mais plutôt par le biais du harcèlement en réseau et des mesures de décomposition en se servant de l'infrastructure sociale : milieux de travail, système d'éducation, médias, police, hopitaux, etc. L'individu ciblé est placé dans une prison virtuelle 24h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par années, et ce, sans qu'aucun jugement de la cours n'ait été prononcé. Dans cette prison virtuelle, toutes sortes de méthodes sont utililsées afin de contraindre l'individu ciblé à une conversion idéologique.

Au sujet de cette prison virtuelle, des médias alternatifs sont créées afin de gérer les cibles qui se rendent bien compte que quelque chose ne tourne pas rond et qu'il n'y a aucune issue à la situation dans laquelle ils se sont retrouvés. C'est la raison pour laquelle des sites d'information/désinformation comme Prison Planet d'Alex Jones ont été créés. La planète Terre est devenue une prison totalitaire où il est très difficile de fuir les caractéristiques du système dominant et de se cacher de la surveillance.




Quand je cite des livres dans les textes qui suivent, ça ne veut pas dire que j'adhère automatiquement à l'ensemble de ce qui est écrit par les auteurs. Je sélectionne des informations qui me rejoignent en tant qu'individu ciblé et que je peux mettre en rapport avec ce que j'ai vécu. Je reste toujours prudent envers les publications du système dominant.




Extraits du livre L'homme programmé : les nouvelles armes des manipulateurs de cerveau


Alan W. Scheflin et Edward M. Opton Jr., L'homme programmé : les nouvelles armes des manipulateurs de cerveau, Montréal : Stanké, 1978, 399 p.


Description du programme chinois de lavage de cerveau

Dans le cadre de mon ciblage, j'ai remarqué que les tactiques utilisées contre moi s'apparentaient à cette description du programme chinois par les Américains. Comme je l'ai mentionné plus haut, ceux qui me surveillent utilisent une version plus soft et ils font ce travail à distance.


Comme dans le cas des mesures de décompositions utilisées en ex-Allemagne de l'Est et aussi décrites par les Américains, lorsque ces derniers disent que quelque chose se passe ailleurs ou que c'est déjà arrivé ailleurs, c'est parce qu'ils le font eux-même. C'est une diversion. Ils ont développé leur propre version et accusent les autres de le faire.


Voici des extraits de cette description, qui se trouve à la page 88 du livre. Les commentaires insérés dans le texte sont de moi et les citations du livre sont placées entre guillemets :


« Le professeur Robert Jay Lifton a décrit le programme chinois comme comportant « deux éléments, la confession, soit la description et la renonciation des « fautes » passées et présentes, et la rééducation, soit le remodelage d'un homme selon l'image communiste ». Contrairement aux Soviétiques, les Chinois croyaient à la manipulation de groupe et opposaient un petit groupe de convertis à un plus petit groupe de réfractaires. Voici quelques-unes des composantes principales du programme de réforme de la pensée, telles qu'elles ont été définies :


En prison politique, par exemple, on utilise les techniques suivantes :

1) l'isolement des anciennes relations, des sources de nouvelles et de la routine quotidienne; »

Commentaire:

Les individus ciblés ont rapportés le changement de comportement de leurs anciennes relations et l'apparition de nouveaux « amis » dans leur entourage, soit en personne ou par le biais d'Internet, ce que j'ai vécu moi-même. Les relations deviennent difficiles avec les anciennes connaissances et des manipulateurs cherchent à entrer dans notre vie.


« 2) un régime carcéral oppressif qui exige une obéissance absolue et l'humilité (manger, dormir, se laver, aller aux toilettes selon un horaire fixe, ne rien faire sans la permission du gardien, garder la tête baissée et les yeux vers le bas en présence du gardien, etc.); »

Commentaire:

Toute mes activités quotidiennes sont suivies à la loupe par ceux qui me surveillent et j'en reçois un retour d'information par le biais des médias, ce fameux Big Brother qui prétend mieux nous connaître que nous-même et vouloir notre bien. Ils me font des reproches à propos de tout et de rien. D'une certaine façon, je devrais garder les yeux baissés et obéir à ces gens même si je suis seul chez-moi. Il y a aussi des gang stalkers placés autour de moi qui me font des remarques à propos de ce que je fais chez-moi.


« 3) des pressions physiques allant de le privation de nourriture et de sommeil jusqu'aux menottes, en punition de non-coopération; »

Commentaire:

De nombreux individus ciblés ont rapporté la privation de sommeil qui serait provoquée chez eux par ceux qui les surveillent. Quand à moi, on m'a déjà menotté lors d'une arrestation dans un contexte de harcèlement en réseau. On me donne aussi des punitions quand je ne suis pas coopératif par rapport au programme que l'on m'impose, par exemple m'enlever des tâches ou donner l'avantage à d'autres, ne pas me donner l'accès à des emplois, m'envoyer travailler dans des endroits particuliers, etc. Ils peuvent aussi donner des récompenses, mais c'est toujours de la manipulation et je n'ai pas été assez soumis à leur programmation pour savoir jusqu'où ils pourraient aller.


« 4) la création d'une atmosphère dans laquelle le salut et la liberté dépendent entièrement du succès de la réforme personnelle; »

Commentaire:

Tout le programme de surveillance est axé sur la création de cette atmosphère. Je n'aurai absolument aucune opportunité réelle socialement tant que je ne me serai pas réformé en fonction de leur programme. Les « opportunités » que l'on me donne sont en fait des mises en contradiction avec mes idées politiques et artistiques, et je devrais m'y soumettre.


« 5) des pressions sociales sous forme d'interrogatoires prolongés et de « séances de combat » au cours desquelles des compagnons de cellule, plus avancés, essaient de persuader par tous les moyens des prisonniers moins avancés, en partant de la flatterie et du harcèlement et en allant jusqu'à l'humiliation et l'injure; »

Commentaire:

Un animateur de radio m'a virtuellement et indirectement fait subir un interrogatoire sur une période de plusieurs mois. Comme je l'ai dis, avec eux, c'est toujours la version soft, mais j'étais psychologiquement matraqué et battu en plus du viol de mon intimité. Cette tactique d'utiliser la version soft leur permet d'agir sans laisser de traces, de fonctionner à long terme selon le niveau d'assimilation de la doctrine par l'individu ciblé, et de dire que ce dernier exagère quand il rapporte cette situation. Des faux cas extrêmes sont aussi présentés dans les médias et sur Internet afin de relativiser artificiellement ce qui a été vécu par l'individu ciblé. Des gens plus avancés dans l'assimilation du programme, ces fameux « amis », ont aussi été placés autour de moi dans les milieux de travail afin de faire pression sur moi. Ils défendent toujours l'idéologie dominante de toutes les façons possibles en prenant une posture qui donne l'impression qu'ils sont opposés au système dominant, par exemple en faisant la promotion du heavy metal ou du nihilisme.


« 6) des séances d'étude en groupe au cours desquelles on apprend la doctrine communiste; on y présente des arguments dans des conférences et dans des lectures de textes qui sont suivies de discussions de groupe où chacun doit montrer comment ces arguments peuvent être reliés à la doctrine communiste et comment ils peuvent être appliqués à soi-même (la critique réciproque et l'autocritique font essentiellement partie de ces discussions de groupe). »

Commentaire:

Scéances d'étude, présentation d'argument, lecture de textes, discussions de groupes, critique et autocritique avec un très fort penchant pour le marxisme culturel sont toutes des méthodes utilisées dans nos collèges et universités. Ils veulent que les gens se sentent mal à l'aise d'exprimer d'autres idées. Autrement dit, ils font pression.


« La sincérité d'une éventuelle conversion reste affaire de spéculation car il serait dangereux pour tout citoyen chinois de dénoncer le communisme. Les programmes de réforme de la pensée des Chinois et du lavage de cerveau sont identiques dans un de leurs aspects : l'efficacité de leurs techniques se dissipe rapidement lorsqu'on supprime l'environnement contraignant. »



Haut




Neuf processus liés au lavage de cerveau selon Albert Somit


L'homme programmé : les nouvelles armes des manipulateurs de cerveau p. 89-90.

Albert Somit a identifié neuf processus liés au lavage de cerveau que je peux mettre en rapport avec ma situation d'individu ciblé. Voici ces neufs processus accompagnés d'un commentaire concernant la façon dont ces processus sont utilisés dans la société actuelle. Les commentaires sont de moi et les extraits du livre sont placés entre guillemets :


« 1. Identification. Les gens ont tendance à s'identifier, à se modeler d'après d'autres personnes. Si la seule personne qu'on voit est un inquisiteur, on s'identifie à lui. »

Commentaire :

Ils utilisent ce processus de l'identification par le biais des patrons, des collègues placés autour de la cible, des animateurs dans les médias, des différentes personnalités publiques, des personnalités du milieu du divertissement, des enseignants, etc. Ils veulent que nous nous identifiions à ces individus et que ceux qui sont réellement des bons modèles ne soient pas présents, ou peu présents. Il y a toujours quelque chose chez ces gens, à divers degré, qui peut être mis en parallèle avec ce qui s'apparente à la programmation Monarch, même si on ne le voit pas tout de suite à première vue. Il y a toute une variété de personnalités publiques, chacunes d'entres elles se trouvant à un degré plus ou moins intense de cette programmation. Ça se fait souvent sur une période de plusieurs années où l'on peut observer que, petit à petit, ou dans certains cas de façon plus intense, la personne change.


« 2. Affaiblissement de la capacité mentale. La fatigue, la faim, la maladie provoquent des faiblesses mentales autant que physiques. On devient trop faible pour résister. »

Commentaire :

Ils affaiblissent les capacités mentale de l'individu ciblé à force de le harceler à long terme, sur une période de plusieurs années, en le gardant constamment dans un contexte politique et en débattant à propos de tout ce qu'il fait (manger, lire, discuter, etc.) en contredisant continuellement ses points de vu, en le plaçant en contradiction avec lui-même dans les endroits où il est obligé d'aller, comme les milieux de travail et le système d'éducation, en parlant constamment de lui, en le picorant avec des niaiseries à propos de tout et de rien, en lui enlevant son espace personnel, en étant toujours présents dans son intimité par le biais de la surveillance, en entrant dans sa sexualité, en cherchant à lui imposer des fréquentations innapropriées, en le surchargeant de travail, etc. Tout ça est fait dans le but de lui enlever ses capacités de résistance. Certaines cibles prétendent aussi qu'on les empêche de dormir.


« 3. Désorientation et « stimulus de la faim » par l'incarcération solitaire. La privation de stimulations sensorielles et sociales provoque une « faim » mentale de contacts et d'informations suffisamment forte pour amener les gens à accepter toute « information » idéologiquement indigeste. »

Commentaire :

L'individu ciblé est placé virtuellement en situation d'incarcération solitaire. Ils veulent qu'il développe une « faim » mentale de contacts crédibles et honnêtes et de bonnes informations. Ceux qui le surveillent placent autour de la cible des gens qu'ils ont choisis afin de l'inciter à les fréquenter et à combler cette « faim » par des « amis », qui sont en fait des individus malveillants. Tout ça fait partie de la tentative de contrôle mental sur la cible. La même chose est fait au niveau de l'information et du politique par le biais des faux médias de toutes sortes, autant mainstream qu'« alternatifs », ainsi que par des faux leaders. La cible à « faim », ainsi que le reste de la population à divers degrés. Ils veulent que les gens se nourrissent de ces informations biaisées. La cible peut aussi servir de baromètre afin de tâter le poul de la population civile et ainsi définir de quel type seront les prochaines mises en scène et les prochains pantins qu'on leur présentera.


« 4. Suggestion. L'homme est facile à suggestionner. La vie en société lui serait impossible s'il ne l'était pas. »

Commentaire :

La suggestion est constamment utilisées dans les médias par le biais des animateurs qui sont là pour présenter l'opinion qui devrait primer. Toutes sortes de tactiques et de prises de position multiples et mimétiques sont utilisées afin de neutraliser et de conditionner l'opinion publique et d'en arriver à une prise de position générale dans un contexte où l'opposition contrôlée est utilisée de façon très intense.


« 5. Répétition. Comme les publicitaires le savent, la répétition est payante. Elle permet de vendre du savon, des désodorisants, des cosmétiques et des cigarettes. Des idées aussi. »

Commentaire :

Les raisonnements contredisants les idées de la cible sont répétés ad vitam aeternam par le biais des médias et des harceleurs en réseau placés autour de la cible. La même chose est faite avec des attaques contre sa personnalité et une intrusion dans sa vie privée, alors que des demi-vérités, des faussetés ou un mélange de vérités et de mensonges sont répétés à répétition. La diffamation et l'assassinat moral se font de cette façon.


« 6. Culpabilité. Chacun est un pêcheur et souvent ceux dont les péchés sont les moins nombreux se sentent les plus coupables. Plier devant les pressions exercées par un inquisiteur bien déterminé, se trahir, trahir ses amis, son pays - tout cela provoque de la culpabilité. Il y a longtemps que les évangélisateurs, les inquisiteurs et les interrogateurs savent comment jouer avec la culpabilité pour obtenir aveux et soumission. »

Commentaire :

Ceux qui nous surveillent aiment bien s'en prendre à ceux qui sont moins pires que les autres et qui ont l'air parfaits en publique. Comme le dit ici l'auteur, « souvent ceux dont les péchés sont les moins nombreux se sentent les plus coupables. » Ils aiment entrer dans la vie privée des cibles en les surveillant 24h sur 24 pour être certain de trouver quelque chose dont ils pourront se servir afin de faire pression et de tenter de leur faire perdre leurs idées. Ils vont même jusqu'à entrer dans leurs pensées pour être certains de les prendre en défaut. Ils aiment jouer avec la culpabilité afin de forcer quelqu'un à changer et à se soumettre à leur idéologie.


« 7. Destruction de l'ego. L'humiliation, la dégradation et la trahison de soi-même affaiblissent les gens. Le « Moi » qu'est l'ego rétrécit et se cache. On devient incapable de rester debout et de lutter, on ne peut qu'esquiver et s'enfuir pour, finalement, abandonner parce qu'épuisé. »

Commentaire :

La destruction de l'ego est centrale lors d'une tentative de contrôle mental. Tout au long du ciblage de ma personne, j'ai été taxé d'avoir un gros ego parce que je leur tenais tête. Il était clair qu'ils voulaient absolument détruire cet ego supposément problématique et ils m'ont fait subir l'humiliation à cet effet. Ils veulent que l'individu ciblé abandonne et se soumette. Ils ont provoqué chez-moi beaucoup de fatigue, mais ils n'ont pas réussi à me faire faire tout ce qu'ils voulaient que je fasse, ni à me faire perdre mes idées, peu importe la situation dans laquelle ils me placent. Quand ils attaquent l'ego de cette façon, c'est parce que l'individu ciblé n'a pas de problème d'égo et qu'il est normal. Tant qu'il ne se soumettra pas, ils le placeront en-dessous de ce qu'il pourrait faire et chercheront à contrecarrer tout ce qu'il entreprendra. Ceux qui travaillent pour l'establishment et qui ont un gros ego ne se font pas faire ce qui est fait à la cible.


« 8. Comportement irrationnel face à un stimulus soudain. Sous la pression d'un choc brutal et écrasant, les gens se comportent parfois d'une façon qui les surprend eux-mêmes. »

Commentaire :

Toute l'opération de surveillance peut provoquer un comportement irrationnel et autodestructeur chez l'individu ciblé. Les autorités s'en servent alors comme la preuve que cet individu à des problèmes et qu'il devrait se remettre en question. Ils peuvent aussi s'en servir pour le faire arrêter, ce qui contribue au contrôle mental.


« 9. Alternance de la peur et de l'espoir. Ce n'est pas un secret que les gens cherchent à éviter la peur, mais recherchent le réconfort. Dans la persuasion coercitive, la douleur (psychologique, physique ou les deux) est amplifiée, et tout soulagement, quand il est proposé, n'en est que plus attirant. La tentation de s'entendre avec un « ami » afin de fuir un « ennemi » devient irrésistible. »

Commentaire :

Ils coincent idéologiquement les gens au pied du mur et les forcent à s'entendre avec eux. Ils créent une situation où il n'y a pas d'issues et forcent les gens à accepter les changements sociaux par le biais des endroits où ils sont obligés d'aller, comme les milieux de travail ou les établissements d'enseignement s'ils veulent étudier et se cultiver. Ces situations de mise au pied du mur peuvent causer de la souffrance et inciter la personne à se joindre à la mentalité dominante. Par exemple, un individu qui a des croyances peut vivre des tourments intérieurs lorsque ce en quoi il croit entre en conflit avec ce qui est exigé par l'idéologie dominante promue par l'establishment. S'il s'affaiblit psychologiquement, il peut être tenté de devenir « ami » avec les tenants de la mentalité dominante et de fuir ses propres croyances et ses représentants (fuir le nouvel « ennemi » désigné par l'establishment) afin que la souffrance et les conflits intérieurs causés par les pressions cessent. Ces pressions de l'establishment visent à amener la cible à se créer un nouvel « ennemi », cet « ennemi » étant en fait le représentant des croyances et valeurs originelles de la cible. L'establishment décide qui est l'ami et qui est l'ennemi, comme on le voit géopolitiquement sur la scène internationale par le biais des bulletins de nouvelles.



Haut




Les programmes américains de contrôle mental

À venir.



Haut




Un livre sur la manipulation : Les dix facettes de la manipulation

Après avoir été ciblé depuis plusieurs années, je ne lis plus les livres de la même façon. Je remarque souvent que les auteurs font indirectement allusion dans leurs écrits aux individus ciblés. Ce fut le cas lorsque j'ai lu le livre que je présente ici : Les 10 facettes de la manipulation, de Marie Andersen.

Ce livre contient des informations intéressantes, mais je ne sais pas dans quel contexte il a été écrit. Depuis que je suis ciblé, j'ai remarqué que ce genre de publications diffusées par l'establishment contient souvent des informations qui ont été recueillies par le biais de la surveillance d'individus ciblés. Une personne est placée sous surveillance particulière par les autorités et des livres sont publiés en se basant sur les expériences personnelles de cette cible.

Voici certains signes démontrant que ce livre a en fait été écrit sur le dos des individus ciblés :

Les individus ciblés comme moi prétendons souvent que les autorités s'immiscient dans nos affaires et qu'ils sont même capables de lire nos pensées. Remarquez ici dans ces citations les mots que j'ai soulignés pour voir comment Marie Andersen fait référence à cette situation :


« Le non-respect du territoire

Comment se manifeste-t-il?

Par le mépris des besoins de l'autre et par des intrusions dans son espace privé.

Par l'irrespect de sa propriété, l'intrusion dans sa chambre, la salle de bains, la violation de ses tiroirs, de son ordinateur, mais aussi en s'immisçant dans ses relations, ses propos et, le pire : dans sa pensée. » (p. 77)


« L'identité d'une personne se traduit par des zones qui lui sont propres. Des territoires géographiques ou des propriétés : sa maison, son jardin, sa voiture, sa chambre, son lit, son armoire... Des territoires virtuels : le contenu de son ordinateur, de son compte en banque, de son téléphone portable... Des objets qui lui appartiennent : ses vêtements, ses livres, ses outils, etc. Mais aussi son intimité corporelle, qui se traduit par le respect de son corps et de sa pudeur, et, plus subtil mais absolument essentiel, son territoire psychique : ses goûts, ses besoins, ses idées, ses préférences, ses décisions, ses pensées... » (p. 78)


Ce sont ces allusions à l'intrusion dans les pensées qui m'ont fait croire que ce livre a en fait été écrit dans le contexte du ciblage d'individus par les autorités. Pour l'avoir moi-même vécu, je sais que la publication de livres sur le dos des cibles est une chose courante. Quand j'ai commencé à être ciblé, j'ai compris d'où provenait la psycho pop. Il s'agit en fait de livres qui sont publiés à partir des expériences des cibles, de leurs paroles, de leurs écrits, etc. Quand une cible vit une situation, des livres sont publiés à ce sujet et deviennent souvent des best sellers, car ils bénéficient d'une importante distribution et de beaucoup de publicité.

De plus, je trouve que le ton sur lequel le texte est écrit laisse croire que l'auteure sait que le régime pour lequel elle travaille fait subir tout ça à des cibles. C'est comme si elle émettait ses commentaires en observant des cibles. En plus, les deux citations se terminent par des allusions à une intrusion dans les pensées, la lecture des pensées étant justement quelque chose que prétendent subir les individus ciblés. Quelqu'un pourrait dire « Oui mais elle est psychologue, elle a étudié le harcèlement psychologique et elle a été en contact direct avec ses patients, c'est la raison pour laquelle elle sait tout ça. » Je crois qu'il y a plus que ça à cause du rang social de l'auteure, de sa fonction qui la place à proximité de l'establishment, de la façon dont le texte est écrit et de l'allusion à l'intrusion dans les pensées. Elle travaille en fait pour eux et leurs programmes de contrôle mental. La publication de ces livres aide à gérer des cibles. Comme elle l'écrit elle-même : « C'est pour cela que les livres sur le sujet génèrent un tel soulagement : on n'est pas fou, c'est écrit noir sur blanc et on comprend enfin! Quel réconfort! » (p. 147) Oui, ça peut être réconfortant, du moin de façon temporaire, et cela contribue à gérer la colère et l'agressivité des cibles et peut les décourager et les dissuader d'écrire.

Les psychologues et les psychiatres d'un haut rang social qui publient des livres chez les grands éditeurs ont accès à des informations recueillies par le biais de la surveillance du grand public. Ces individus participent à la dynamique de neutralisation de la contestation et de la prise de parole publique par des civils. Ils gèrent en fait cette situation afin de maintenir la système des « élites » en place.

Je crois aussi que si l'auteure aborde le non-respect du territoire sous l'angle de la relation parents/enfants, c'est qu'il s'agit justement d'une façon de faire que de considérer les civils du grand public comme étant des enfants. Un animateur de radio m'a laissé savoir indirectement dans le cadre de mon ciblage que, dans leur rapport avec la population, les « élites » abordent les gens comme étant des enfants.

Sous cet angle de la relation parents/enfants, l'auteure explique comment les parents devraient savoir se retirer progressivement du territoire intime de l'enfant :

« Malheureusement, ce retrait progressif du territoire intime de l'enfant ne se déroule pas toujours correctement. Certains parents ne supportent pas que leur enfant « leur échappe ». Ils ont absolument besoin de garder le contrôle et se rient de ses besoins d'intimité. Plus l'enfant cherche à se définir personnellement, plus ils augmentent la pression. Ils veulent tout savoir, tout contrôler, tout vérifier. » (p. 83)

Les autorités qui surveillent un individu ciblé se comportent exactement de cette façon en le traitant comme un enfant. Je l'ai vécu moi-même. Pour eux, le fait que quelqu'un se plaigne de la surveillance est quelque chose de puéril, notamment en ce qui à trait à la sexualité. Ils se rient de ça et ne se retireront pas du territoire intime de l'individu ciblé.

Dans ce contexte de relation parents/enfants qui est maintenu par les « élites », un véritable climat incestueux est créé. Voyez ce que dit l'auteure au sujet de ce genre de relation :

« Ce qu'on appelle un climat incestuel est une ambiance où aucun geste de nature sexuelle n'est perpétré, mais on pourrait dire que l'inceste est « dans l'air ». Les parents parlent de leur sexualité avec l'enfant ou l'interrogent sur la sienne, font de multiples sous-entendus, des blagues graveleuses ; ils se déplacent nus chez eux alors que cela gêne leur enfant, font des allusions embarrassantes sur les marques de puberté de celui-ci, lui laissent entendre ce qui se passe dans l'intimité de leur chambre à coucher, lui font des confidences sur leurs amants, regardent des films pornographiques ensemble ou laissent traîner des objets qui appartiennent à leur sexualité.

Les parents, ne touchant pas physiquement l'enfant, pensent le préserver, et peut-être même l'éduquer, mais ils ne s’interrogent pas sur les dégâts qu'un tel climat crée chez un jeune encore immature. » (p. 85)

Cette citation décrit encore une fois exactement la façon dont les « élites » se comportent avec les individus ciblés. Dans cette relation parents/enfants qu'ils créent virtuellement, l'inceste est dans l'air. Ils parlent ouvertement de la sexualité de la cible et l'interroge, font des sous-entendu et des blagues grivoises. Beaucoup de personnalités publiques parlent de leur sexualité en ciblant un individu et se montrent aussi nus dans leur rapport avec la cible. C'est une des raisons pour lesquelles nous les voyons faire ça. Ils laissent entendre ce que la cible fait dans son intimité, parlent de ses relations avec le sexe opposé, mettent de la pornographie partout et surveillent pour voir si la personne la regarde ou non, etc. Dans cette relation virtuelle avec les « élites », il y a un animateur de radio qui jouait le rôle de mon père adoptif. Il utilisait même parfois son vocabulaire et il faisait tout ce qui est décrit dans la citation précédente. On avait aussi placé dans mon entourage quelqu'un qui ressemblait à ce père adoptif afin de créer chez moi un effet psychologique.

Je crois que l'auteure fait par exprès pour aborder cette question sous l'angle de la relation parents/enfants. Elle participe en fait au ciblage avec les autorités et elle dit aux cibles quelque chose comme : « Si cette intrusion vous dérange, vous êtes un enfant. Prenez de la maturité, grandissez! » Les « élites » croient que nous devrions socialement monter les échelons dans de telles conditions et que toute forme de résistance et de révolte constitue en fait des actes puérils et immatures. Tout ça est du contrôle mental. Ils font ça pour démolir les gens et les reconstruire selon les préceptes de leur idéologie. L'intrusion dans la sexualité est un point capital en ce qui concerne les opérations de contrôle mental.

Une autre citation de ce livre mentionne ce qui suit au sujet du cas d'un homme :

« Il avait subi un tel lavage de cerveau durant toute son enfance, par de multiples manipulations, qu'il n'arrivait pas à voir ni même ressentir les transgressions aux règles de santé psychique et au respect de l'intimité. » (p. 87)

Quand nous prenons le point de vu selon lequel les autorités traitent la cible comme un enfant, nous pouvons constater que, à long terme, si l'individu ciblé ne reste pas vigilant par rapport à ce qui se passe dans son psychisme, il peut en venir à oublier qu'il se retrouve en fait dans une situation malsaine et à accepter cette intrusion dans sa vie. Quand il a accepté et qu'il a tout oublié, il est sous l'effet du contrôle mental. Dans le cadre de mon ciblage, certains représentants des médias mettaient l'accent sur la pratique de l'oublie. Ils nous abordent comme si nous avions une mémoire de 6 mois et ils veulent que nous restions comme ça. C'est la raison pour laquelle il est important d'avoir une bonne mémoire afin de ne pas succomber au contrôle mental. Il faut toujours se rappeler qui nous étions auparavant.

Dans cette dynamique parents/enfants que les « élites » maintiennent avec la population civile prévaut un climat incestuel, d'où cette intrusion dans la sexualité des gens sans leur consentement. Les propos que l'on entend dans les médias et le milieu du divertissement concernant le sexualité, sous couvert d'ouverture d'esprit et de « progressisme » social, sont en fait tirés du contenu de la surveillance des civils du grand public, particulièrement de ceux qui deviennent des individus ciblés. Tout cela est utilisé aux fins du lavage de cerveau.


Le décervelage

Une tactique qui a été utilisée contre moi est ce que Marie Andersen appelle le « décervelage ». Dès le début de mon ciblage, j'ai eu un animateur de radio après moi qui utilisait cette tactique.

Voici ce qu'est le décervelage selon l'auteure :


« Comment se manifeste-t-il?

Par l'usage intense de l'illogique, du décalé, des demi-vérités, des déformations de la réalité et des fausses chronologies. Rien n'est vraiment faux, mais rien n'est vraiment vrai!

Par la culpabilisation constante, les critiques, le dénigrement et les moqueries.


Pourquoi ce lavage de cerveau?

Pour ne pas penser, ne pas analyser, ne pas y voir clair et empêcher les autres d'en faire autant. La pensée est brouillée, de part et d'autre, le fond est perdu, seule reste la forme, avec laquelle on peut jongler à loisir.


Effet sur la victime

Perte de plus en plus profonde de la confiance en soi et en particulier de la confiance en son raisonnement, en ses capacités mentales, en sa lucidité et en son honnêteté. Comme le mot l'indique, on perd petit à petit l'usage de son cerveau. On perd pied, on n'arrive plus à raisonner, à s'expliquer, à se défendre et à se faire respecter.

Le décervelage est la conséquence inévitable de toutes les manoeuvres de déstabilisation mentale et psychique opérées par le manipulateur. Cette forme de manipulation est probablement la plus sournoise et celle qui fait le plus de ravages. Elle aura des conséquences dans tous les domaines de la pensée, au coeur même de la vie psychique. Le manipulateur met en place, pour sa propre sécurité, un véritable lavage de cerveau, il anesthésie instinctivement l'esprit critique, la vigilance et la lucidité de son partenaire. C'est ce qui fait dire aux victimes de la manipulation : « Je me demande si je ne devient pas fou... » Lorsqu'on a atteint ce niveau de déstabilisation psychique, il est plus que temps de demander de l'aide, de trouver le chemin vers la sortie de la relation destructrice et vers la reconstruction. » (p. 145-146)


« Le manipulateur souffle tellement le chaud et le froid, joue si habilement avec la vérité, brouille tellement bien les pistes, accuse avec tant de brio, que la victime est déboussolée. Elle perd confiance dans ses propres perceptions, parce qu'il y a toujours un petit peu de vérité dans les accusations de son bourreau. Elle se dit alors qu'il n'y a pas de fumée sans feu, qu'elle peut-être, effectivement, un peu coupable. » (p. 147)


« La manipulation, toute en manoeuvres, fragmente la vérité, démolit la pensée de l'autre, décourage et empêche de comprendre. Quoi que l'on dise, le manipulateur trouve toujours un moyen d'avoir raison, surtout si la victime n'éprouve aucun plaisir à la polémique et ne se défend pas vraiment. Le trouble qui est induit chez elle est la conséquence de la confusion permanente entre vérité et mensonge. Le manipulateur ne se soucie pas de la vérité, il veut convaincre. Il ne s'intéresse ni aux fantasmes ni aux affects, ni chez lui ni chez autrui. Il ne fait preuve d'aucune empathie, pour cela il lui faudrait se décentrer et essayer d'imaginer ce que l'autre vit. Il écoute plus la forme que le fond et reprend son partenaire sur des mots, des détails, au détriment du message central. » (p. 147-148)


Cette méthode du décervelage a été utilisée contre moi de façon très intense par l'animateur. Il entrait dans ma vie privée et dans l'historique de ma vie en utilisant des demi-vérités et en sélectionnant des éléments qu'il déformait. Il voulait me culpabiliser et dénigrait tout ce que j'avais fais au cours de ma vie. Tout ça était fait à distance, en faisant comme si je n'existais pas réellement lorsque je rapportais cette situation de surveillance.

En même temps qu'il faisait ça, il pouvait aussi faire des commentaires positifs à mon sujet et chercher à me faire rire. Ils font ça pour ne pas complètement perdre la cible et la garder hameçonnée. Ils veulent l'avoir sous leur emprise et l'intégrer dans l'idéologie dominante.

Ce qu'ils cherchent à faire, c'est que la personne se retrouve dans l'obligation de se reconstruire une personnalité. Bien entendu, cette reconstruction devra se faire sous leur contrôle, selon les préceptes de leur idéologie, puisqu'il s'agit d'un lavage de cerveau et de contrôle mental. Ils veulent ramener l'individu ciblé dans les rangs. Ils ne veulent pas qu'il se définisse personnellement. Ils le définissent plutôt à sa place afin de tenter de démolir la façon dont il avait construit sa personnalité.

J'ai été affecté par l'utilisation de cette méthode du décervelage qui a été utilisée contre moi, mais je n'ai cependant jamais laissé ces gens démolir ma personnalité. Malgré toutes les tentatives, non seulement par cet animateur de radio, mais aussi par l'ensemble des médias, le milieu du divertissement, les universités et les milieux de travail, je suis toujours revenu à ce que je suis réellement.

Ces pressions et cette tentative de définir à ma place mes valeurs, mes idées et ma personnalité sont toujours en cours aujourd'hui par le biais du harcèlement en réseau, dans les milieux de travail et dans les médias.


Andersen, Marie, Les 10 facettes de la manipulation, Bruxelles: Ixelles éditions, 2013, 206 p.



Haut




Note :

*Cette page se trouvait sur un disque amovible et il semble que ceux qui me surveillent y ont eut accès d'une certaine façon. Il y a eu des fuites, comme cette utilisation du terme « gentleman » , que j'aurais pu enlever mais que j'ai décidé de laisser dans le texte pour montrer que des opérations avaient eu lieu à ce sujet. Une personne en France dans un mouvement de « droite » utilisait ce terme. Comme vous pouvez le constater ici, il a aussi été utilisé par le prétendu auteur d'une attaque à Toronto le 23 avril 2018. Comme je l'écris dans une autre section de ce site, je suis aussi ciblé par le biais des tueries de masse. Je n'ai absolument rien à voir avec ce tueur sur le plan personnel et politique, et comme à l'habitude, il y a de la diffamation et une déformation de la réalité. Certains pourraient dire « il ne s'agit que d'un mot, c'est une coïncidence! », mais je connais mon ciblage et je sais qu'il ne s'agit pas que d'une coïncidence. Dans cette nouvelle tuerie, il font aussi référence à un autre tueur que j'avais mentionné récemment dans la section sur le contrôle mental de la page de mon témoignage. C'est la raison pour laquelle ils font référence à lui.

Voici une vidéo qui prouve que j'avais un document sur le contrôle mental sur un disque depuis au moins juillet 2017. Il ne s'agit pas d'une bonne vidéo, mais je la place ici seulement à titre de preuve démontrant que j'avais ce texte sur un disque amovible. Vous pouvez voir la date de création au début de la vidéo, ainsi que le terme « gentleman » qui apparait dans le texte à environ 01:11 et 01:12. J'ai utilisé ce terme particulier, qui n'est pas d'usage courant, afin d'illustrer une situation sociale.

Je place maintenant ces textes sur mon site même si je n'avais pas terminé ce que je voulais faire pour tout de suite, car je sens qu'il y a des fuites. Ces gens piratent mon ordinateur et peuvent accéder à mes documents même quand je travaille dans ma chambre Faraday et que j'utilise un disque amovible que je retire de l'ordinateur avant d'ouvrir la chambre Faraday. Dès qu'il y a utilisation de technologies, je reçois davantage de feedback de leur part. J'ai parlé un peu de cette situation dans une vidéo de la section contrôle mental sur la page de mon témoignage.

Il semble aussi y avoir eu une autre fuite au moment où j'écrivais le texte dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2018, concernant la présente note. Comme vous pouvez le voir un peu plus haut, j'ai utilisé le terme « diffamation » concernant mon ciblage incessant par le biais des tueries. Un individu qui me cible depuis longtemps et qui s'est fait passé pour la victime d'un humoriste pour son handicap, alors que lui-même me cible et que les humoristes ciblent constamment les individus ciblés, à repris ce terme concernant son utilisation de la marijuana dans un contexte heavy metal, ce que vous pouvez voir ici. Ça fait des années que je dénonce les projets de légalisation de la marijuana et que je dis que le heavy metal est une supercherie. C'est pour ça qu'il me cible de cette façon en reprenant ce que je disais par rapport à la diffamation que je subis. Tueries, heavy metal, marijuana, humoristes, utilisation des handicapés et surveillance des civils, tout ça fait partie des méthodes de harcèlement politique utilisées par l'establishment contre des individus ciblés. Voici une vidéo ici qui montre que j'avais enregistré une vidéo de mon texte le 1er mai à 03h10 du matin. Vous pouvez voir à 01:55 que j'avais utilisé dans le texte le mot « diffamation ». La fuite concernant mon utilisation de ce terme semble s'être produite un peu avant alors que je travaillais sur mon texte. Les autorités surveillent constamment tout ce que j'écris. J'avais aussi utilisé précédemment dans le texte le même terme, mais c'est la dernière utilisation qui a provoqué cette imitation déformée. Je le sais, parce qu'ils suivent toujours ce que j'écris.





Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le 1er mai 2018
© 2018 par P. Dupuis


Accueil     À propos     Témoignage     Documents et preuves     Tueries     Vidéos     Mises à jour     English